Moteur asynchrone triphasé

  • L'affichage

Dans un moteur asynchrone, le rôle d'un morceau de foin est joué par un champ magnétique, qui "court" dans un cercle, produit par des bobines de stator complètement stationnaires. Et le rôle de l'âne est joué par le rotor, qui poursuit après ce champ.

Eh bien, dès que l'âne a couru, la tâche principale est d'apprendre à le contrôler. Et ce n'est pas une tâche facile.

Courant magnétique

Le stator des moteurs asynchrones connectés à un réseau triphasé est constitué de trois électroaimants. Ils sont alimentés par différentes phases du réseau. Et comme différentes phases fonctionnent - elles grandissent et se contractent - avec un décalage dans le temps, le champ magnétique dans les bobines augmentera et diminuera de la même manière. Premièrement, le champ apparaîtra et grandira dans la bobine de la 1ère phase. Après un tiers de la période, le champ de la deuxième phase apparaîtra et grandira de la même manière. Le champ de la première phase commencera à augmenter progressivement, le long d’une sinusoïde, puis à diminuer. Tout sera répété pour la bobine de la troisième phase - le champ apparaîtra, augmentera, tandis que le champ de la seconde cessera d'abord de croître, puis il diminuera. À ce stade, le champ dans la première phase atteindra zéro et augmentera dans une direction négative.

Moteurs asynchrones triphasés, coupés

1 - arbre de rotor (acier); Enroulement à 2 stators (fil de cuivre émaillé);
Noyau 3 - stator (acier électrique, alliage de fer et de silicium);
Conducteurs à 4 rotors (aluminium); Noyau à 5 rotors (acier électrique; t);
6 - turbine de ventilateur (aluminium);
7 - carter de moteur en fonte (acier)

Formation d'un champ magnétique en cercle
Au niveau de chaque bobine de phase statorique d’une tension triphasée variant de 120 ° de manière sinusoïdale avec un décalage de chaque phase par rapport à l’autre, une force d’induction telle que le vecteur résultant de la direction du champ magnétique commence à circuler dans un cercle de vitesse angulaire égale à la fréquence de la tension dans le réseau triphasé

Si le stator ne comporte que trois enroulements, en fonction du nombre de phases de la tension d'alimentation, le champ magnétique tourne à la même fréquence que la tension, soit 50 fois par seconde. Mais dans la pratique, ils font beaucoup plus.

Ensuite, le champ tournant en cercle aura une vitesse de rotation inférieure, mais la rotation deviendra alors plus douce.

Comportement du rotor dans un champ magnétique en marche

Les «enroulements» du rotor sont des conducteurs disposés «presque» parallèlement à l'arbre du rotor et formant un cercle en forme de «cage d'écureuil». Ce ne sont pas des enroulements, car rien n’y est enroulé, mais des conducteurs coincés dans deux cercles métalliques. C'est-à-dire, à travers ces cercles métalliques, court-circuités.

La "cage d'écureuil" est un enroulement court-circuité qui est rempli d'un noyau constitué de fines plaques transversales en acier électrique

Lorsqu'un champ magnétique externe variable d'un stator agit sur un rotor, des courants annulaires sont induits dans le rotor, ce qui crée un champ magnétique. Ce champ, renforcé par le noyau, est dirigé de sorte que le rotor commence à tourner en fonction du champ magnétique du stator. La rotation est dirigée dans le sens du «rattrapage» de la vague en fuite. Le rotor accélère, mais, comme il rattrapera l’onde de stator, les capteurs seront de moins en moins puissants. Il commencera à «ralentir» (à cause du frottement ou de la force de résistance de la charge mécanique sur l'arbre du rotor), mais l'induction qui y est amplifiée pousse à nouveau le rotor en rotation. Un tel principe génère un décalage de fréquence: la fréquence de la tension, qui est la cause du mouvement du rotor, ne change pas dans le temps - 50 Hertz est stable et la fréquence de rotation se rattrape puis se retarde. De telles incohérences peuvent être invisibles là où la fréquence n’est pas très importante, mais à cause d’eux le moteur est appelé asynchrone.

Nous avons tous très bien vu et entendu cela lorsque nous avons allumé le ventilateur. Il commence par prendre de la vitesse et se met au travail. Ce n’est qu’alors qu’il «échoue» d’une manière ou d’une autre - il tourne par inertie, mais il se «rattrape» et «cède au gaz».

Le cas idéal de rotation dans un tel moteur est celui de l’absence de friction et de résistance, c’est le ralenti d’un tel moteur. Alors la vitesse est déterminée par la formule pour la rotation du champ lui-même du stator

Ici nr - vitesse de rotation en tours par minute,
fvous - fréquence de la tension d'alimentation,
p est le nombre de bobines de stator dans chaque phase.

Par exemple, si, comme le montre l’illustration avec la flèche rouge de rotation du champ stator, il y a trois bobines dans le stator, c’est-à-dire une pour chaque phase, nous obtenons:

nr = 60 50/1 = 3000 (tr / min) ou 50 v / s C'est-à-dire que la vitesse de rotation est égale à la fréquence de la tension dans le réseau. En augmentant le nombre d'enroulements dans le stator, vous pouvez réduire la vitesse de rotation

Dans de nombreux cas, la fréquence exacte de rotation du moteur n’est vraiment pas aussi importante; par conséquent, les moteurs électriques asynchrones triphasés sont largement utilisés.

Les moteurs électriques triphasés présentent un autre inconvénient: les courants cycliques du rotor le réchauffent en permanence, raison pour laquelle ils fabriquent des plaques métalliques annulaires à ailettes qui se refroidissent à l’air pendant la rotation.

Schémas et méthodes de connexion

Puisqu'il y a plusieurs enroulements à l'intérieur du moteur - l'enroulement du stator - et que le réseau alternatif est monophasé et qu'il peut être triphasé, le circuit de commutation de ce parc permet des variations.

Les enroulements du stator sont généralement trois. Eh bien, s’il y en a plus, alors tout de même, les enroulements de chaque phase à l’intérieur sont déjà connectés en série. Autrement dit, les terminaux de sortie maximum peuvent être 6. Et ils peuvent être connectés au réseau de différentes manières. Systèmes de marquage de terminaux deux. Sur les anciens, ils étaient désignés par les lettres C et les chiffres 1, 2, 3 - le début des enroulements; numéros 4,5,6 - extrémités des enroulements. Dans la nouvelle notation utilisée pour les différents enroulements, les lettres U, V, W et pour le début et la fin des nombres 1 et 2, respectivement.

Comment connecter le moteur selon le schéma "étoile"

Lors du raccordement des enroulements en étoile, les extrémités des enroulements doivent être combinées et les tensions de phase du réseau doivent être acheminées vers les bornes du début des enroulements.

Il utilise les désignations des bornes des moteurs électriques triphasés utilisés dans les schémas, anciens et nouveaux

Lors du raccordement du type "étoile", le fil neutre du réseau doit être fourni à la borne commune du moteur. Cela le protégera des dommages en cas de désadaptation des phases dans le réseau.

Comment connecter un moteur électrique dans le schéma "triangle"

Connecter les enroulements triphasés du moteur dans le "triangle" du réseau alternatif n’est pas plus difficile. Il est nécessaire de connecter un enroulement à la fin du suivant. Et tout a commencé à se connecter aux fils de phase du secteur.

Deux de ces connexions ("étoile" et "triangle") dans le réseau donnent des résultats différents pour les courants et les capacités. Dans l’étoile, une tension de phase de 220 V est appliquée à chaque enroulement et les deux enroulements sont chargés ensemble avec une tension linéaire de 380 V. Les courants circulant dans les enroulements sont inférieurs à ceux de la configuration en "triangle". Par conséquent, le travail est différent: «l’étoile» donne un bon départ, mais pendant le fonctionnement, elle développe moins de puissance que le «triangle». Mais le "triangle" au démarrage donne des courants de démarrage importants dépassant la valeur nominale de 7 à 8 fois.

Pour combiner les avantages des deux configurations, un circuit spécial effectue la commutation. Lorsque le moteur est démarré, il est commuté en «étoile» et lorsqu’une certaine puissance est atteinte, il passe à la variante «triangle». Dans ce cas (et dans d'autres cas avec des connexions d'enroulement constantes), il ne reste que 3 ou 4 bornes sur le bornier d'entrée et il n'y a pas d'option pour commuter les enroulements à sa discrétion. Dans ce cas, les phases sont simplement connectées dans le bon ordre.

Connexion d'un moteur triphasé à un réseau monophasé

La tension triphasée de notre réseau peut être représentée comme une seule et même phase, répétée seulement deux fois de plus avec décalage, d’abord de 120 °, puis de plus d’un autre, c’est-à-dire de 240 °. Et une telle tension est assez schématiquement possible pour "obtenir" d'une phase sélectionnée. Cependant, lorsque nous lançons le «champ tournant» du stator, il n'est pas du tout nécessaire de le faire avec un tel décalage entre les phases appliquées aux enroulements. Parce que l'augmentation du nombre de pôles dans les enroulements se traduit par une diminution de la vitesse de rotation, mais le mécanisme fonctionne. Par conséquent, des schémas simples ont été développés pour obtenir des phases décalées à partir d'une ligne monophasée non pas à un tel angle, mais à 90 °. Cela peut être fait avec un circuit simple qui permet la connexion d'un moteur triphasé à un réseau monophasé utilisant un seul condensateur. Le résultat est une réduction de la puissance du moteur. Lors du marquage de moteurs pouvant être utilisés dans un réseau monophasé de 220 V et dans un réseau triphasé de 380 V, il est écrit que le moteur est 220/380 et qu'il est conçu pour fonctionner uniquement dans le moteur triphasé 380.

Dans ce cas, le schéma de câblage «en étoile» provoque une perte de puissance. Par conséquent, un «triangle» est plus souvent utilisé pour utiliser davantage le moteur lorsqu'il est connecté à une tension monophasée.

Les avantages des moteurs électriques asynchrones triphasés, caractéristiques techniques, types, caractéristiques

Un moteur électrique à courant alternatif utilisant un champ magnétique tournant créé par un stator est appelé asynchrone si la fréquence du champ diffère de celle avec laquelle le rotor tourne. Les moteurs électriques triphasés asynchrones sont largement distribués. Leurs caractéristiques techniques sont importantes pour un fonctionnement correct. Ceux-ci incluent des caractéristiques mécaniques et de fonctionnement. Le premier est la dépendance de la fréquence avec laquelle le rotor tourne sur la charge. La relation entre ces quantités est inversement proportionnelle, c'est-à-dire plus la charge est élevée, plus la fréquence est basse.

Moteurs électriques asynchrones et leurs types

Dans ce cas, comme on peut le voir sur le graphique, dans l'intervalle de zéro à la valeur maximale, lorsque la charge augmente, la diminution de la fréquence est non significative. On dit d'un moteur électrique asynchrone que ses caractéristiques mécaniques sont rigides.

Les moteurs électriques asynchrones dans la fabrication de produits simples et fiables sont donc largement utilisés.

Il existe 3 types de moteurs électriques asynchrones avec rotor à cage d'écureuil:

monophasé, biphasé et triphasé et à côté d’eux - asynchrone avec un rotor de phase

Monophasé

Le premier type sur le stator a un seul enroulement, qui reçoit un courant alternatif. Pour démarrer un moteur asynchrone, on utilise un enroulement de stator supplémentaire, connecté brièvement au réseau par capacitance ou inductance, ou court-circuité, afin de réaliser le déphasage initial nécessaire à la rotation du rotor.

Sans cela, il ne pourrait pas être déplacé par le champ magnétique du stator. Dans un tel moteur, comme dans chaque asynchrone, le rotor est réalisé sous la forme d'un noyau cylindrique avec des fentes en fonte d'aluminium et des pales pour la ventilation. Un tel rotor, appelé "cage d'écureuil", est appelé court-circuité.

Les moteurs électriques asynchrones sont installés dans des appareils ne nécessitant pas une puissance élevée, tels que les petites pompes et les ventilateurs.

Biphasique

Le second type, à savoir biphasique - beaucoup plus efficace. Sur le stator, ils ont deux enroulements perpendiculaires. Un courant alternatif est fourni à l'un d'eux, l'autre est connecté à un condensateur de déphasage, grâce à quoi un champ rotatif magnétique est créé.

Ils ont aussi un rotor à cage d'écureuil. Leur domaine d'utilisation est beaucoup plus large par rapport au premier. Les machines à deux phases alimentées par un réseau monophasé sont appelées machines à condensateur, car elles doivent être équipées d'un condensateur à décalage de phase.

Triphasé

Le triphasé a trois enroulements sur le stator, le décalage entre eux étant de 120 degrés, de sorte que leurs champs sont décalés du même montant lorsqu'ils sont allumés. En incluant un tel moteur électrique dans un réseau triphasé variable court-circuité, le rotor tourne en raison du champ magnétique émergent.

Les enroulements sont connectés selon l'un des schémas - «triangle» ou «étoile». Mais, dans la deuxième connexion, la tension est plus élevée, et il est indiqué sur le boîtier par deux valeurs - 127/220 ou 220/380. Ces moteurs sont irremplaçables pour le travail des treuils, des machines diverses, des grues, des circulaires.

Un stator identique est disponible pour les moteurs à rotor de phase. Le fil magnétique (charge) est posé dans leurs rainures avec trois enroulements. Mais il n'y a pas de tiges en aluminium moulé, mais il y a un enroulement complet, qui est relié à une "étoile". Trois de ses extrémités sont affichées sur les bagues collectrices, qui sont placées sur l’arbre du rotor et isolées de celui-ci.

1 - un caisson et des stores;

3 porte-brosses avec tête de brosse;

4 - sécuriser le doigt transversal;

5 - conclusions des brosses;

7 - manchon isolant;

8 et 26 - bagues coulissantes;

9 et 23 - chapeaux extérieurs et intérieurs;

10 - Goujon fixant le chapeau de roulement à la boîte;

11 - palier arrière;

Enroulements à 12 et 15 rotors;

13 - support d'enroulement;

14 - noyau rotatif;

16 et 17 - le coussinet de palier avant et son couvercle extérieur;

18 - évents pour la ventilation;

20 - noyau de stator;

21 - chapeau de roulement extérieur à goujons;

27 - conclusions de l'enroulement du rotor

Il est possible de connecter le moteur directement ou par l'intermédiaire d'une résistance en appliquant une tension alternative (triphasée) aux bagues via des balais. Ce dernier fait référence au moteur asynchrone triphasé le plus coûteux. Ses caractéristiques, notamment le couple de démarrage, sous charge, sont beaucoup plus importantes, ce qui les place dans des appareils fonctionnant sous charge: ascenseurs, grues, etc.

Comment fonctionne un moteur électrique?

Ces moteurs électriques sont largement distribués dans la production et dans la vie quotidienne, car leur efficacité est supérieure à celle des moteurs fonctionnant sur un réseau biphasé.

Si le moteur a un stator - une unité fixe et un rotor mobile, séparés par une couche intermédiaire d'air, c'est-à-dire pas d'interaction mécanique, et les vitesses de rotation du rotor et le champ magnétique ne sont pas les mêmes, il s'agit d'un moteur électrique asynchrone. Le dispositif et le principe de fonctionnement sont décrits ci-dessous.

Sur le stator, il y a trois enroulements avec un noyau magnétique à l'intérieur. Le stator lui-même est recruté dans des plaques en acier électrique. Ils sont situés à un angle de 120 degrés les uns par rapport aux autres et sont fixés dans les fentes du stator fixe. La conception du rotor est basée sur des roulements. Une turbine est fournie pour la ventilation.

En raison du fait qu'entre la fréquence de rotation du rotor et le champ magnétique, il y a un retard, c'est-à-dire le premier type de rattrapage sur le terrain, mais ne peut pas le faire à cause de la vitesse inférieure, il est appelé un moteur électrique asynchrone. Le principe de fonctionnement consiste à induire des courants par un rotor créant son propre champ, lequel, à son tour, interagit avec le champ magnétique du stator, forçant le rotor à se déplacer.

La vitesse de rotation de l’arbre peut être modifiée à l’aide du régulateur de vitesse du moteur asynchrone, c.-à-d. méthode de modification de sa régulation en modifiant la tension de phase ou en utilisant une modulation de largeur d'impulsion.

En tant que régulateur de vitesse de rotation de moteur électrique, vous pouvez utiliser un onduleur (régulateur de tension) qui jouera le rôle de source d’alimentation. La tension d'alimentation après le régulateur variera en fonction de la vitesse de rotation.

Les moteurs électriques peuvent être à plusieurs vitesses, c.-à-d. conçu pour les mécanismes nécessitant une régulation rapide de la vitesse. Dans leur marquage, il y a des symboles: AOL, AO2, 4A, etc. Le schéma de connexion se trouve dans le passeport ou sur la boîte à bornes.

Nous recommandons:

Une caractéristique importante des deux vitesses est la possibilité de fonctionner dans deux modes. Ils sont étiquetés (domestiques): AMH, AD, AIR, 5AM, AIRHM. Pour récupérer le moteur à 2 vitesses importé, vous devez spécifier le tableau de données, disponible sur le corps.

Les avantages

Le principal avantage est:

  • La conception simple du moteur électrique, l'absence de pièces d'usure rapidement (pas de groupe collecteur) et des frottements supplémentaires (même raison).
  • Aucune conversion supplémentaire n'est nécessaire pour le courant, car elle est réalisée directement à partir du réseau industriel triphasé.
  • Un petit nombre de pièces rend le moteur très fiable.
  • La durée de vie est impressionnante.
  • Il est facile à entretenir et à réparer.

Bien entendu, des inconvénients existent également.

Ceux-ci comprennent:

  • le petit moment de départ à cause duquel son domaine d'application est limité;
  • courants de démarrage importants, dépassant parfois les valeurs admissibles dans le système d'alimentation;
  • forte consommation d'énergie réactive, réduisant la puissance mécanique.

Schémas de câblage

Deux options de connexion garantissent le fonctionnement d'un moteur électrique asynchrone: le circuit de connexion en étoile et en triangle.

Étoile

Il est utilisé pour un circuit triphasé dans lequel l'amplitude de la tension de ligne est de 380 volts. La particularité de la connexion en étoile est que les extrémités des enroulements doivent être connectées en un point: C4, C5 et C6 (U2, V2 et W2). Le début des enroulements: C1, C2 et C3 (U1, V1 et W1), sont connectés aux conducteurs A, B et C (L1, L2 et L3) via un équipement de commutation.

La tension entre les débuts correspond à 380 volts et aux endroits où les conducteurs de phase sont connectés aux enroulements - 220v.

La connexion d'un moteur asynchrone en 220 est désignée par Y. Pour la protection contre les surcharges du moteur, un neutre est connecté au point de connexion des enroulements.

Une telle connexion, le moteur électrique, qui est adapté pour fonctionner à partir de 380 volts, ne permet pas d'atteindre la pleine puissance, la tension des enroulements n'étant que de 220V. Mais en revanche, il protège contre les surintensités, grâce à quoi le démarrage se fait en douceur.

En regardant dans la boîte avec les terminaux, il est facile de comprendre comment la connexion a été établie. S'il existe un cavalier reliant les 3 broches, une étoile est utilisée.

Triangle

Si les extrémités des enroulements sont reliées au début des précédentes, il s’agit alors d’un «triangle».

Selon l’ancien marquage, C4 est connecté à la borne C2, puis C5 à C3 et C6 à C1. Dans la nouvelle version du marquage, il ressemble à ceci: connectez U2 et V1, V2 et W1, W2 et U1. La tension entre les enroulements est de 380 volts. Mais la connexion avec un neutre ou "zéro travail" n'est pas requise. Une caractéristique de cette connexion est la grande valeur des courants de démarrage dangereux pour le câblage.

En pratique, une connexion combinée est parfois utilisée, c'est-à-dire lors du démarrage et de l’accélération, une «étoile» est utilisée et un «triangle» est utilisé plus loin, c.-à-d. mode de fonctionnement.

La boîte à bornes, plus précisément trois cavaliers entre les terminaux, aidera à déterminer que le schéma «delta» a été appliqué à la connexion.

Conversion d'énergie

L’énergie fournie aux enroulements du stator est convertie par un moteur électrique asynchrone en énergie de rotation du rotor, c’est-à-dire mécanique Mais la quantité de puissance à la sortie et à l'entrée est différente, car une partie de celle-ci est perdue au profit des courants de Foucault et de l'hystérésis, du frottement et du chauffage.

Il se dissipe sous forme de chaleur, un ventilateur est donc également nécessaire pour le refroidissement. Cependant, l'efficacité des moteurs électriques asynchrones dans une large plage de charge est élevée et atteint 90% et 96% pour les moteurs très puissants.

Avantages d'un système triphasé

L'avantage principal des moteurs triphasés par rapport aux moteurs monophasés et biphasés est considéré comme économique. Dans ce cas, pour le transfert d'énergie, il existe trois fils et le décalage de courant relatif entre eux est de 120 degrés. La valeur des amplitudes et des fréquences avec une force électromagnétique sinusoïdale est la même sur différentes phases.

Important: pour toute connexion dépendant de la tension, les extrémités des enroulements peuvent être connectées à l'intérieur du moteur (trois fils en sortant) ou en sortie à l'extérieur (6 fils).

Quelles sont les versions de moteurs électriques?

La présence dans le marquage de la lettre "U" indique que le moteur électrique a pour but de fonctionner dans les climats tempérés, où les températures annuelles sont comprises entre + 40 et 40 ° C. Pour climat tropical doit être présent dans l'étiquette "T".

Ainsi, le moteur fonctionne normalement dans la plage de température de +50 à -10. Pour le climat maritime, la désignation est "OM", pour toutes les zones sauf le très froid - "O" (+35 - 10 degrés). Enfin, pour les zones à climat très froid - «UHL», qui signifie un fonctionnement normal à des températures comprises entre plus 40 et moins soixante.

Les moteurs électriques sont également divisés en fonction des options de conception spéciales. Si vous voyez la lettre "C", cela signifie que le moteur est à glissement accru. Si "P" est avec un couple de démarrage élevé, "K" est avec un rotor de phase, avec "E" est un frein électromagnétique intégré.

En plus, ils sont:

  • sur les pattes de fixation situées à la base du boîtier et les trous destinés à la fixation. Des moteurs similaires sont utilisés dans les machines à bois et les compresseurs, dans les machines électriques à entraînement par courroie, etc.
  • à rebord, c'est-à-dire sur le boîtier, les brides ont des trous pour les fixations à la boîte de vitesses. Utilisé fréquemment dans les pompes électriques, les bétonnières et autres dispositifs;
  • combinés, c'est-à-dire avoir des brides et des pattes. Ils sont appelés universels car ils peuvent être attachés à n’importe quel équipement.

Moteurs électriques synchrones et asynchrones, ou leurs différences

Outre les moteurs asynchrones, il existe des moteurs synchrones, se différenciant des premiers par le fait que la fréquence du rotor en rotation correspond à celle du champ magnétique. Ses principaux éléments sont un inducteur situé sur le rotor et une ancre située sur le stator. Ils sont séparés, comme en asynchrone, entrefer. Ils fonctionnent comme un moteur électrique ou un générateur.

Dans le premier mode de réalisation, le dispositif fonctionne en raison de l'interaction du champ magnétique créé au niveau de l'ancre avec le champ au niveau des pôles de l'inducteur. Le fonctionnement en mode générateur est assuré par une induction électromagnétique provoquée par une ancre en rotation dans un champ magnétique formé dans l'enroulement.

Le champ interagit avec les phases de l'enroulement du stator, formant à son tour une force électromotrice. De par leur conception, les moteurs synchrones sont plus complexes que les moteurs asynchrones.

Conclusion: pour les moteurs électriques synchrones, la vitesse du rotor est identique à la fréquence du champ magnétique, alors que pour les moteurs asynchrones, ils sont différents.

Ces caractéristiques déterminent l’utilisation de la première avec une puissance de 100 kW et plus, et la dernière dans les cas jusqu’à 100 kW.

Vidéo: Moteur asynchrone: modèle et principe de fonctionnement.

Moteurs asynchrones monophasés et triphasés

Bon temps, chers lecteurs de mon blog nasos-pump.ru

Sous la rubrique "Général", nous examinons le domaine d'application, les caractéristiques comparatives, les avantages et les inconvénients des moteurs asynchrones triphasés et monophasés. Nous examinerons également la possibilité de connecter un moteur triphasé à un réseau d'alimentation en 220 volts. De nos jours, les moteurs asynchrones sont largement utilisés dans divers domaines de l'industrie et de l'agriculture. Ils sont utilisés comme entraînements électriques dans les machines-outils, les convoyeurs, les appareils de levage, les ventilateurs, les équipements de pompage, etc. Les moteurs à faible puissance sont utilisés dans les dispositifs d'automatisation. Cette utilisation généralisée des moteurs asynchrones électriques s'explique par leurs avantages par rapport aux autres types de moteurs.

Les moteurs asynchrones, selon le type de tension d'alimentation, sont monophasés et triphasés. Les monophasés sont principalement utilisés jusqu'à une puissance de 2,2 kW. Cette limite de puissance est due à des courants de démarrage et de fonctionnement trop importants. Le principe de fonctionnement des moteurs asynchrones monophasés est le même que celui des moteurs triphasés. La seule différence entre les moteurs monophasés est le couple de démarrage réduit.

Principe de fonctionnement et schémas de connexion de moteurs triphasés

Nous savons que le moteur électrique est constitué de deux éléments de base du stator et du rotor. Le stator est une partie fixe du moteur et le rotor est sa partie mobile. Les moteurs asynchrones triphasés comportent trois enroulements placés l'un par rapport à l'autre sous un angle de 120 °, qui crée un champ magnétique tournant dans le stator lorsqu'une tension alternative est appliquée aux enroulements. Le courant alternatif est appelé: un courant qui change périodiquement de direction dans un circuit électrique, de sorte que la valeur moyenne de l'intensité du courant sur une période est égale à zéro. (Figure 1).

Courant électrique alternatif

Les phases de la figure sont représentées sous la forme de sinusoïdes. Le champ magnétique tournant du stator forme un flux magnétique tournant. Comme le champ magnétique tournant du stator se déplace plus rapidement que le rotor, il est soumis à l'action des courants d'induction générés dans les enroulements du rotor, créant un champ magnétique du rotor. Les champs magnétiques du stator et du rotor forment leurs flux magnétiques, ces flux s’attirent et créent un couple, sous l’action duquel le rotor commence à tourner. Plus en détail sur le principe de travail des moteurs triphasés, il est possible de regarder ici.

Dans le bornier dans les moteurs triphasés peuvent être de trois à six bornes. Le début des enroulements (3 bornes) ou le début et la fin des enroulements (6 bornes) sont amenés à ces bornes. Le début des enroulements est généralement désigné par les lettres latines U1, V1 et W1, les extrémités sont respectivement désignées par U2, V2 et W2. Dans les moteurs nationaux, les enroulements sont désignés respectivement par C1, C2, C3 et C4, C5 et C6. De plus, dans la boîte à bornes, il peut y avoir des bornes supplémentaires pour lesquelles une protection thermique intégrée aux enroulements est émise. Pour les moteurs à six bornes, il existe deux façons de connecter les enroulements à un réseau triphasé: étoile et triangle (Fig. 2).

Etoile de liaison, triangle

La connexion en étoile (Y) peut être obtenue en fermant les bornes W2, U2 et V2 et en appliquant la tension d’alimentation aux bornes W1, U1 et V1. Avec une telle connexion, le courant des phases est égal au courant du réseau et la tension des phases est égale à la tension du réseau divisée par la racine des trois. et V1 s'active. Avec une telle connexion, le courant des phases est égal au courant du réseau et la tension des phases est égale à la tension du réseau divisée par la racine des trois. alimentation du cavalier. Avec une telle connexion, le courant de phase est égal au courant du réseau d'alimentation divisé par la racine de trois et la tension de phase est égale à la tension du réseau.A l'aide de ces circuits, un moteur asynchrone triphasé peut être connecté à deux tensions. Si vous regardez la plaque signalétique d'un moteur triphasé, les tensions de fonctionnement auxquelles ce moteur fonctionne sont indiquées (Fig. 3).

Plaque signalétique sur un moteur triphasé

Par exemple, 220-240 / 380-415: le moteur fonctionne sous une tension de 220 volts lors du raccordement de ses enroulements en «triangle» et de 380 volts lors du raccordement des enroulements en «étoile». À des tensions plus faibles, les enroulements du stator sont toujours connectés en «triangle». A une tension plus élevée, les enroulements sont connectés à "l'étoile". La consommation de courant lorsque le moteur est connecté au «delta» est égale à 5,9 ampères, lorsqu'il est connecté à «l'étoile», le courant est de 3,4 ampères. Pour changer le sens de rotation d'un moteur asynchrone triphasé, il suffit d'échanger deux fils quelconques sur les bornes.

Principe de fonctionnement et schéma de câblage des moteurs monophasés

Les moteurs électriques asynchrones monophasés ont deux enroulements qui sont situés à un angle de 90 ° l'un par rapport à l'autre. Un enroulement est appelé principal et le second - de démarrage ou auxiliaire. Selon le nombre de pôles, chaque enroulement ne peut pas être divisé en plusieurs sections. Il existe des différences entre les moteurs monophasés et triphasés. Dans un moteur monophasé, un changement de pôle se produit à chaque cycle et, dans un moteur triphasé, un champ magnétique en fonctionnement. Le moteur électrique monophasé ne peut pas être démarré indépendamment. Pour commencer, différentes méthodes sont utilisées: commencer par un condensateur et travailler dans un enroulement, commencer dans un condensateur et travailler dans un condensateur, avec une capacité de démarrage constante, avec un démarrage rhéostatique. Les moteurs éclectiques monophasés les plus répandus, équipés d'un condensateur de travail, sont constamment connectés et connectés en série avec l'enroulement de démarrage (auxiliaire). Ainsi, l'enroulement de démarrage devient auxiliaire lorsque le moteur électrique atteint la vitesse de fonctionnement. Comment les enroulements dans un moteur monophasé sont connectés, vous pouvez regarder (Fig. 4)

Circuit moteur monophasé

Pour les moteurs asynchrones monophasés, il existe certaines limitations. Ils ne doivent en aucun cas fonctionner à faibles charges et au ralenti, car le moteur surchauffe. Pour la même raison, il n'est pas recommandé d'utiliser des moteurs avec une charge inférieure à 25% de la charge totale.

La (Fig. 5) montre la plaque signalétique avec les caractéristiques du moteur utilisé par la société de pompes Pedrollo. Il contient toutes les informations nécessaires sur le moteur et la pompe. Nous ne prendrons pas en compte les caractéristiques de la pompe.

Plaque signalétique moteur monophasé

La plaque signalétique indique qu’il s’agit d’un moteur monophasé conçu pour être raccordé au réseau avec une tension de 220-230 volts alternatif, 50 Hz. Le nombre de tours est de 2900 par minute. La puissance de ce moteur est de 0,75 kW ou un cheval-vapeur (HP). La consommation de courant nominale est de 4 ampères. La capacité d'un condensateur pour ce moteur est de 20 microfarads. Le condensateur doit être avec une tension de fonctionnement de 450 volts.

Avantages et inconvénients des moteurs triphasés

Les avantages des moteurs triphasés asynchrones sont les suivants:

  • prix bas en comparaison avec les moteurs de collection;
  • haute fiabilité;
  • simplicité de conception;
  • longue durée de vie;
  • fonctionner directement sur le courant alternatif.

Les inconvénients des moteurs asynchrones incluent:

  • sensibilité aux changements de tension d'alimentation;
  • Le courant de démarrage lorsque vous allumez le réseau est assez élevé;
  • facteur de puissance faible, à faible charge et au ralenti;
  • Pour un réglage en douceur de la fréquence de rotation, il est nécessaire d’utiliser des convertisseurs de fréquence;
  • consomme de l'énergie réactive; très souvent, lors de l'utilisation de moteurs asynchrones en raison d'une panne de courant, des problèmes de tension d'alimentation peuvent survenir.

Avantages et inconvénients des moteurs monophasés

Les avantages des moteurs asynchrones monophasés incluent:

  • faible coût;
  • simplicité de conception;
  • longue durée de vie;
  • haute fiabilité;
  • Fonctionnement en courant alternatif 220 volts sans convertisseur;
  • faible niveau sonore par rapport aux moteurs à collecteur.

Les inconvénients des moteurs asynchrones monophasés sont les suivants:

  • courants de démarrage très élevés;
  • grandes dimensions et poids;
  • gamme de puissance limitée;
  • sensibilité aux changements de tension d'alimentation;
  • avec une commande à vitesse variable, des convertisseurs de fréquence doivent être utilisés (les convertisseurs de fréquence pour moteurs monophasés sont disponibles dans le commerce).
  • ne peut pas être utilisé en mode de charge faible et en mode veille.

Malgré de nombreuses lacunes et de nombreux avantages, les moteurs asynchrones fonctionnent avec succès dans divers secteurs de l'industrie, de l'agriculture et de la vie quotidienne. Ils rendent la vie d'une personne moderne plus confortable et plus pratique.

Moteur monophasé triphasé

Dans la vie, il arrive parfois que vous ayez besoin d’une sorte d’équipement industriel pour inclure le 220 volts dans votre réseau domestique. Et puis la question se pose, est-il possible de faire cela? La réponse est oui, bien que dans ce cas, les pertes de puissance et de couple sur l’arbre du moteur soient inévitables. De plus, cela s'applique aux moteurs asynchrones d'une puissance allant de 1 à 1,5 kW. Pour démarrer un moteur triphasé dans un réseau monophasé, il est nécessaire de simuler une phase avec un décalage d'un certain angle (de manière optimale de 120 °). Ce décalage peut être réalisé en utilisant un élément de déphasage. L'élément le plus approprié est un condensateur. La (Fig. 6) montre la connexion d’un moteur triphasé à un réseau monophasé lorsque les enroulements sont connectés en étoile et en triangle.

Motifs de démarrage du moteur

Lors du démarrage du moteur, un effort est nécessaire pour surmonter les forces d'inertie et de frottement statique. Pour augmenter le couple, vous devez installer un condensateur supplémentaire qui est connecté au circuit principal uniquement au moment du lancement et qui, après le démarrage, doit être déconnecté. Pour cela, la meilleure option serait d’utiliser le bouton de verrouillage SA sans fixer la position. Il faut appuyer sur le bouton au moment de la tension d’alimentation et sur la capacité de démarrage Cn. créera un déphasage supplémentaire. Lorsque le moteur tourne à la vitesse nominale, le bouton doit être relâché et seul le condensateur de travail Srab sera utilisé dans le circuit.

Calcul de la valeur de capacité

La capacité d’un condensateur peut être déterminée par ajustement, en commençant par une petite capacité et en passant progressivement à des capacités plus grandes, jusqu’à ce qu’une option appropriée soit obtenue. Et quand il reste encore une possibilité de mesurer le courant (sa valeur la plus basse) dans le réseau et sur le condensateur de travail, il est alors possible de choisir la capacité la plus optimale. La mesure du courant doit être effectuée avec le moteur en marche. La capacité de démarrage est calculée en fonction de la nécessité de créer un couple de démarrage suffisant. Mais ce processus est assez long et prend beaucoup de temps. En pratique, ils utilisent souvent le moyen le plus rapide. Il existe un moyen simple de calculer la capacité, bien que cette formule donne l’ordre des nombres, mais pas sa valeur. Et dans ce cas, aussi, devront bricoler.

Srab - capacité de travail du condensateur en μF;

Puissance nominale du moteur en kW.

Cette formule est valable lors du raccordement des enroulements d’un moteur triphasé dans un "triangle". Sur la base de la formule pour 100 watts de puissance moteur triphasée, une capacité d'environ 7 μF sera requise.

Si la capacité du condensateur est choisie plus que nécessaire, le moteur surchauffera et, si la capacité est inférieure, la puissance du moteur sera sous-estimée.

Dans certains cas, en plus de la capacité de travail Srab. condensateur utilisé et de démarrage Sp. La capacité des deux condensateurs doit être connue, sinon le moteur ne fonctionnera pas. Premièrement, nous déterminons la valeur de la capacité nécessaire pour faire tourner le rotor. Lorsqu'il est connecté en parallèle capacité Srab et Cn. empilés. Nous avons également besoin de la valeur du courant nominal I n. Nous pouvons regarder ces informations sur la plaque signalétique fixée au moteur.

La capacité du condensateur est calculée en fonction du schéma de connexion d'un moteur triphasé. Lors du raccordement des enroulements du moteur dans le calcul "en étoile", la capacité est calculée selon la formule suivante:

Dans le cas de la connexion du bobinage du moteur dans un "triangle", la capacité de travail est calculée comme suit:

Srab - capacité de travail du condensateur en μF;

I est le courant nominal en ampères;

U est la tension en volts.

La capacité du condensateur de démarrage supplémentaire doit être 2 à 3 fois supérieure à la capacité du travailleur. Si, par exemple, la capacité du condensateur de travail est de 70 µF, la capacité du condensateur de départ doit être comprise entre 70 et 140 µF. Que dans le montant sera 140-210 microfarads.

Pour les moteurs triphasés d'une capacité allant jusqu'à 1 (kW), seul le condensateur de travail Srab suffit, un condensateur supplémentaire Cn ne peut pas être connecté. Lors de la sélection d'un condensateur pour un moteur triphasé inclus dans un réseau monophasé, il est important de prendre en compte correctement sa tension de fonctionnement. La tension de fonctionnement du condensateur doit être d'au moins 300 volts. Si le condensateur aura une tension de travail plus importante, en principe, rien ne se passera de mal, mais en même temps, ses dimensions augmenteront et, bien entendu, son prix. Si un condensateur est sélectionné avec une tension de fonctionnement inférieure à celle requise, il tombera en panne très rapidement et pourrait même exploser. Très souvent, il existe des situations où il n'y a pas de condensateur de la capacité requise. Ensuite, il est nécessaire de connecter plusieurs condensateurs en parallèle ou en série pour obtenir la capacité requise. Il faut se rappeler que lorsque plusieurs condensateurs sont connectés en parallèle, la capacité totale est additionnée, et lorsqu'ils sont connectés en série, la capacité totale diminue en fonction de la formule: 1 / C = 1 / C1 + 1 / C2 + 1 / C3... et ainsi de suite. N'oubliez pas non plus la tension de fonctionnement du condensateur. La tension sur tous les condensateurs connectés en parallèle ne doit pas être inférieure à la valeur nominale. Et la tension sur les condensateurs connectés en série, sur chacun des condensateurs peut être inférieure à la valeur nominale, mais la somme totale des tensions ne doit pas être inférieure à la valeur nominale. À titre d'exemple, il existe deux condensateurs d'une capacité de 60 microfarads avec une tension de fonctionnement de 150 volts chacun. Lorsqu'ils sont connectés en série, leur capacité totale sera de 30 µF (diminution) et la tension de fonctionnement augmentera jusqu'à 300 volts. Sur cela, peut-être, tout.

Schémas de connexion du moteur électrique asynchrone triphasé et questions connexes

Le moteur asynchrone triphasé et sa connexion au réseau électrique soulèvent souvent de nombreuses questions. Par conséquent, dans notre article, nous avons décidé d’examiner toutes les nuances associées à la préparation de la mise sous tension, à la détermination de la méthode de connexion correcte et, bien sûr, à l’analyse des options possibles pour la mise sous tension du moteur. Par conséquent, nous ne tournerons pas autour du pot, mais procéderons immédiatement à l'analyse des questions posées.

Préparer un moteur asynchrone pour la mise en marche

Au tout début, nous devrions décider du type de moteur que nous allons connecter. Il peut s'agir d'un moteur asynchrone triphasé à rotor à cage d'écureuil ou à phases, d'un moteur biphasé ou monophasé, voire d'une machine synchrone.

Pour aider à cela, vous pouvez apposer une étiquette sur le moteur électrique, qui contient les informations nécessaires. Parfois, cela peut être fait de manière purement visuelle - puisque nous considérons la connexion de machines électriques triphasées, le moteur à cage d'écureuil ne possède pas de collecteur et la machine à rotor à commande de phases en a un.

Définition du début et de la fin du remontage

Le moteur électrique asynchrone triphasé a six conclusions. Ce sont trois enroulements, chacun ayant un début et une fin.

Pour connecter correctement, nous devons déterminer le début et la fin de chaque enroulement. Il existe de nombreuses options pour y parvenir. Nous allons nous concentrer sur la plus simple d'entre elles, applicable à la maison.

  • Afin de déterminer le début et la fin de l'enroulement d'un moteur triphasé de nos propres mains, nous devons d'abord déterminer les résultats de chaque enroulement, c'est-à-dire identifier chaque enroulement.
  • Rendez-le assez simple. Entre la fin et le début d'un enroulement, nous aurons une chaîne. Un indicateur de tension bipolaire avec une fonction correspondante ou un multimètre conventionnel nous aidera à déterminer le circuit.
  • Pour ce faire, nous connectons une extrémité du multimètre à l’un des terminaux et l’autre extrémité du multimètre touche en alternance les cinq autres terminaux. Entre le début et la fin d'un enroulement, nous aurons une valeur proche de zéro en mode de mesure de la résistance. Entre les quatre autres broches, la valeur sera presque infinie.
  • La prochaine étape consistera à déterminer leur début et leur fin.
  • Afin de déterminer le début et la fin du bobinage, passons un peu à la théorie. Dans le stator d'un moteur électrique, il y a trois enroulements. Si vous connectez l'extrémité d'un enroulement à l'extrémité de l'autre enroulement et appliquez une tension au début des enroulements, alors, au point de connexion, la FEM sera égale ou proche de zéro. Après tout, la force électromotrice d’un enroulement compense celle du deuxième enroulement. En même temps, dans le troisième enroulement, les champs électromagnétiques ne seront pas induits.
  • Considérons maintenant la deuxième option. Vous avez connecté une extrémité de l'enroulement au début du deuxième enroulement. Dans ce cas, la FEM induite dans chacun des enroulements, le résultat est leur somme. En raison de l'induction électromagnétique, les CEM sont induites dans le troisième enroulement.
  • En utilisant cette méthode, nous pouvons trouver le début et la fin de chacun des enroulements. Pour ce faire, nous connectons un voltmètre ou une ampoule aux bornes d'un enroulement. Et deux sorties quelconques des autres enroulements sont connectées l'une à l'autre. Les deux autres conducteurs des enroulements sont connectés au réseau électrique 220V. Bien que vous puissiez utiliser moins de stress.
  • Si nous connectons la fin et la fin de deux enroulements, le voltmètre du troisième enroulement affichera une valeur proche de zéro. Si nous avons connecté correctement le début et la fin des deux enroulements, alors, comme le dit l’instruction, une tension de 10 à 60 V apparaîtra sur le voltmètre (cette valeur est très conditionnelle et dépend de la conception du moteur électrique).
  • Nous répétons cette expérience encore deux fois, jusqu'à ce que nous déterminions précisément le début et la fin de chacun des enroulements. Pour ce faire, assurez-vous de signer chaque résultat reçu afin de ne pas vous tromper.

Sélection de la connexion du moteur

Presque tous les moteurs électriques asynchrones ont deux options de connexion: une étoile ou un triangle. Dans le premier cas, les enroulements sont connectés à la tension de phase, dans le second à la tension de ligne.

Le moteur électrique asynchrone triphasé et la connexion étoile-triangle dépendent des caractéristiques de l'enroulement. Il est généralement indiqué sur l'étiquette du moteur.

  • Tout d’abord, voyons quelle est la différence entre ces deux options. Le plus commun est la connexion en étoile. Il implique la connexion entre les trois extrémités des enroulements et la tension est appliquée au début des enroulements.
  • Lors de la connexion du "triangle", le début de chaque enroulement sera connecté à la fin de l'enroulement précédent. En conséquence, chaque enroulement s'avère être le côté d'un triangle équilatéral - d'où son nom.
  • La différence entre ces deux options de connexion réside dans la puissance du moteur et les conditions de démarrage. Lors du raccordement du "triangle", le moteur est capable de développer davantage de puissance sur l’arbre. Dans le même temps, le point de départ se caractérise par une chute de tension importante et des courants de démarrage importants.
  • Dans un environnement domestique, le choix de la méthode de connexion dépend généralement de la classe de tension disponible. Sur la base de ce paramètre et des paramètres nominaux indiqués sur la plaque du moteur, choisissez la méthode de connexion au réseau.

Connexion moteur asynchrone

Le moteur électrique asynchrone triphasé et le schéma de câblage dépendent de vos besoins. L'option la plus courante est un circuit direct, pour les moteurs connectés par un circuit «triangle», un circuit de commutation sur une «étoile» avec une transition en «triangle» est possible, si nécessaire, une option de commutation inversée est possible.

Dans notre article, nous examinerons les schémas les plus populaires d’inclusion directe et de connexion vivante avec possibilité d’inverse.

Schéma de commutation directe sur moteur électrique asynchrone

Dans les chapitres précédents, nous avons connecté les enroulements du moteur et il est maintenant temps de l'activer sur le réseau. Les moteurs doivent être connectés au réseau à l'aide d'un démarreur magnétique, ce qui garantit une activation fiable et simultanée des trois phases du moteur électrique.

Le démarreur, à son tour, est contrôlé par un bouton-poussoir - ces mêmes boutons «Start» et «Stop» situés dans le même boîtier.

Faites attention! Au lieu d'une machine automatique, il est possible d'utiliser des fusibles. Seul leur courant nominal doit correspondre au courant nominal du moteur. Et également devrait tenir compte du courant de démarrage, qui dans différents types de moteurs varie de 6 à 10 fois la valeur nominale.

  1. Maintenant, passez directement à la connexion. Il peut être divisé en deux étapes. Le premier est la connexion de l'unité d'alimentation et le second est la connexion des circuits secondaires. Les circuits d'alimentation sont des circuits qui assurent la connexion entre un moteur et une source d'énergie électrique. Des circuits secondaires sont nécessaires pour faciliter le contrôle du moteur.
  2. Pour connecter les circuits d'alimentation, il suffit de connecter les câbles du moteur avec les premiers câbles de démarreur, les câbles de démarreur avec les câbles du disjoncteur et le disjoncteur lui-même avec une source d'énergie électrique.

Faites attention! La connexion des bornes de phase aux contacts du démarreur et de la machine importe peu. Si, après le premier démarrage, nous déterminons que la rotation est incorrecte, nous pouvons facilement la modifier. Le circuit de masse du moteur est connecté en plus de tous les dispositifs de commutation.

Considérons maintenant un schéma plus complexe de circuits secondaires. Pour ce faire, nous devons d’abord, comme dans la vidéo, définir les paramètres nominaux de la bobine de démarrage. Cela peut être pour 220V ou 380V.

  • Il est également nécessaire de traiter d'un élément tel que les contacts de l'actionneur. Cet élément est disponible sur presque tous les types de démarreurs et, dans certains cas, il peut être acheté séparément puis monté sur le boîtier de démarreur.
  • Ces contacts de bloc contiennent un ensemble de contacts - normalement fermés et normalement ouverts. Je vous préviens immédiatement - ne vous laissez pas intimider, il n’ya rien de compliqué. Normalement fermé est un contact qui, lorsqu'il est fermé, le démarreur est fermé. En conséquence, le contact normalement ouvert est ouvert à ce moment.
  • Lorsque le démarreur est activé, les contacts normalement fermés s'ouvrent et les contacts normalement ouverts se ferment. Si nous parlons d'un moteur électrique asynchrone triphasé et le connectons au réseau électrique, nous avons besoin d'un contact normalement ouvert.
  • Ces contacts sont sur le poteau du bouton. Le bouton «Stop» a un contact normalement fermé et le bouton «Start» est normalement ouvert. Tout d'abord, nous connectons le bouton "Stop".
  • Pour ce faire, nous connectons un fil aux contacts du démarreur entre le disjoncteur et le démarreur. Nous le connectons à l’un des contacts du bouton «Stop». Du deuxième contact du bouton devrait aller deux fils à la fois. On va au contact du bouton "Démarrer", le second aux contacts de blocage du démarreur.
  • À partir du bouton «Démarrer», nous posons le fil sur la bobine de démarreur, où nous connectons également le fil à partir des contacts du bloc de démarreur. La deuxième extrémité de la bobine de démarreur est connectée au fil de la deuxième phase sur les contacts de puissance du démarreur lors de l'utilisation d'une bobine de 380 V ou au fil neutre lors de l'utilisation d'une bobine de 220V.
  • Tout, notre schéma de commutation directe sur un moteur asynchrone est prêt à être utilisé. Après la première mise en marche, nous vérifions le sens de rotation du moteur et si la rotation est incorrecte, nous échangeons simplement les deux fils d’alimentation sur les câbles de démarreur.

Le schéma de la commutation inverse du moteur électrique

Une option courante pour connecter un moteur asynchrone est la possibilité d'utiliser l'inverse. Ce mode peut être nécessaire dans les cas où il est nécessaire de changer le sens de rotation du moteur pendant le fonctionnement.

  • Pour créer un tel schéma, nous aurons besoin de deux démarreurs, car le prix d’une telle connexion augmente légèrement. L'un mettra le moteur en marche dans un sens et l'autre dans l'autre. Un point très important ici est l'inadmissibilité de l'activation simultanée des deux démarreurs. Par conséquent, nous devons prévoir dans le schéma secondaire le blocage de telles inclusions.
  • Mais d'abord, connectons le bloc d'alimentation. Pour cela, comme pour la variante ci-dessus, nous connectons le démarreur de la machine et le moteur du démarreur.
  • La seule différence sera de connecter un autre démarreur. Nous le connectons aux entrées du premier démarreur. Dans ce cas, l’important est d’échanger deux phases, comme sur la photo.
  • La sortie du second démarreur est simplement connectée aux bornes du premier. Et ici on ne change pas de place.
  • Eh bien, passons maintenant à la connexion du circuit secondaire. Tout commence à nouveau avec le bouton "Stop". Il est connecté à l'un des contacts entrants du démarreur - peu importe le premier ou le second. Depuis le bouton "Stop", nous avons encore deux fils. Mais maintenant, un au contact 1 du bouton “Suivant” et le second au contact 1 du bouton “Précédent”.
  • La connexion ultérieure est donnée par le bouton "Forward" - le bouton "Back" est identique. Au contact 1 du bouton «Forward», nous connectons le contact du contact normalement ouvert des contacts de l'actionneur. Pun, mais plus précisément, vous ne le direz pas. Au contact 2 du bouton «Forward», nous connectons le fil du second contact des contacteurs du démarreur.
  • Là aussi, nous connectons un fil qui ira au contact normalement fermé des contacts auxiliaires du démarreur numéro deux. Et déjà à partir de ce contact de bloc, il est connecté à la bobine de démarreur numéro 1. La deuxième extrémité de la bobine est connectée au fil de phase ou neutre, en fonction de la classe de tension.
  • La connexion de la bobine du deuxième démarreur est identique, mais nous l'amenons aux contacts auxiliaires du premier démarreur. C’est précisément ce qui empêche le blocage d’un démarreur, le second étant serré.

Conclusion

Les méthodes de connexion d’un moteur électrique triphasé asynchrone dépendent du type de moteur, de son schéma de câblage et des tâches à accomplir. Nous n’avons donné que les schémas de connexion les plus courants, mais il existe des options encore plus complexes. Cela est particulièrement vrai pour les machines asynchrones à rotor à phases qui ont une fonction de freinage.