Coupure disjoncteur - quels sont ses avantages?

  • L'affichage

Le déclencheur est un ajout au dispositif de protection du secteur. Il est connecté mécaniquement au disjoncteur. Le déclencheur indépendant a pour fonction de couper le circuit lorsqu'il détecte des facteurs pouvant endommager la ligne et les instruments qui y sont connectés. Ceux-ci comprennent l'augmentation du courant au-dessus de la limite, qui peut supporter le câble, la coupure du courant électrique à la terre ou le boîtier de l'appareil inclus dans le circuit, ainsi qu'un court-circuit. Ce document vous aidera à comprendre quels sont les déclenchements du disjoncteur, quels types d'appareils il s'agit et quel est le principe de chacun d'entre eux. De plus, nous décrirons comment vérifier les performances de ces éléments.

Interrupteur de sécurité automatique à déclenchement indépendant

Le déclencheur indépendant, comme il a été dit, est un élément supplémentaire du dispositif de protection de circuit. Il vous permet d'éteindre le périphérique audiovisuel à distance lorsqu'une tension est appliquée à sa bobine. Pour rétablir son état d’origine, vous devez appuyer sur le bouton «Retour» de l’appareil.

Les disjoncteurs de ce type peuvent être utilisés dans les réseaux monophasés et triphasés.

Le déclencheur indépendant est le plus souvent utilisé dans les circuits électriques et les boucliers automatiques d'objets volumineux. Dans ces cas, la gestion de l’énergie est généralement effectuée à partir de la console de l’opérateur.

Un exemple de sortie indépendante en vidéo:

Pourquoi un élément déclenché du type indépendant fonctionne-t-il?

Le déclencheur peut être déclenché pour diverses raisons. Nous listons les plus communs:

  • Diminution excessive ou au contraire augmentation de la tension.
  • Modification des paramètres définis ou de l'état d'un courant électrique.
  • Violation de la fonction des disjoncteurs, un dysfonctionnement pour une raison inconnue.

En plus des déclencheurs indépendants, des éléments similaires font partie des automates de protection. Les déclenchements des disjoncteurs intégrés sont divisés en thermiques et électromagnétiques. Ces dispositifs aident également à protéger la ligne des charges excessives et des courts-circuits. Considérez-les plus en détail.

Libération de surcharge thermique

L'élément principal de cet appareil est une plaque bimétallique. Dans sa fabrication utilise deux métaux avec des coefficients de dilatation thermique différents.

Pressés ensemble, ils se dilatent à des degrés divers lorsqu'ils sont chauffés, ce qui entraîne une courbure de la plaque. Si le courant n'est pas normalisé pendant une longue période, lorsque la plaque atteint une certaine température, elle touche les contacts AB, interrompant ainsi le circuit et mettant hors tension le câblage.

La surchauffe de la plaque bimétallique, provoquant le déclenchement du dégagement thermique, est principalement due à une charge trop élevée sur une certaine partie de la ligne protégée par la machine automatique.

Par exemple, la section du câble de sortie AB, entrant dans la pièce, est de 1 carré. mm On peut calculer qu'il est capable de supporter la connexion d'appareils d'une puissance totale allant jusqu'à 3,5 kW, tandis que l'intensité du courant qui passe dans la ligne ne devrait pas dépasser 16A. Ainsi, dans ce groupe, vous pouvez connecter en toute sécurité un téléviseur et quelques appareils d'éclairage.

Si le propriétaire de la maison décide d'inclure dans les prises de cette pièce une machine à laver supplémentaire, un radiateur électrique et un aspirateur, la puissance totale sera bien supérieure à celle pouvant supporter le câble. En conséquence, le courant traversant la ligne augmentera et le conducteur commencera à chauffer.

Une surchauffe du câble peut faire fondre la couche d'isolation et s'enflammer.

Pour éviter cela, le dégagement de chaleur entre en jeu. Sa plaque bimétallique s'échauffe avec le métal du fil et, après un moment, après s'être pliée, coupe l'alimentation du groupe. Une fois refroidi, le dispositif de sécurité peut être activé manuellement, après avoir préalablement retiré de la prise les cordons d’alimentation des dispositifs ayant provoqué la surcharge. Si cela n'est pas fait, la machine l'éteindra de nouveau après un certain temps.

Un exemple d'utilisation de la version en protection contre l'incendie en vidéo:

Il est important que la valeur nominale AB corresponde à la section du câble. Si elle est inférieure à la valeur requise, le fonctionnement se produira même sous charge normale. S'il est supérieur, le déclenchement thermique ne réagira pas en cas de surintensité dangereuse et le câblage brûlera.

Afin de protéger les moteurs électriques des surcharges prolongées et des coupures de phase, des relais de déclenchement thermiques peuvent également être installés sur ces unités. Ce sont plusieurs plaques bimétalliques, chacune d’elles étant responsable d’une phase distincte de l’unité de puissance.

Disjoncteur de réseau avec déclencheur électromagnétique

Après avoir compris le fonctionnement de la machine automatique avec le dégagement thermique, nous passons à la question suivante. Le dispositif de protection, dont nous venons de réaliser l’analyse, ne fonctionne pas immédiatement (il faut au moins une seconde), il n’est donc pas en mesure de protéger efficacement le circuit des surintensités de court-circuit. Pour résoudre ce problème, un déclencheur électromagnétique est en outre installé dans l’AV.

Les déclencheurs de disjoncteur électromagnétiques comprennent une bobine d'inductance (solénoïde) ainsi qu'un noyau. Lorsque le circuit fonctionne normalement, le flux d'électrons, passant à travers le solénoïde, forme un champ magnétique faible, incapable d'influencer le fonctionnement du réseau. Lorsqu'un court-circuit se produit, il y a une augmentation instantanée de l'intensité du courant par dizaines de fois et, proportionnellement, la puissance du champ magnétique augmente. Sous son influence, le noyau ferromagnétique se déplace instantanément sur le côté, ce qui affecte le mécanisme d'arrêt.

Etant donné que le processus d'amplification d'un champ magnétique pendant un court-circuit se produit en une fraction de seconde, sous son influence, un déclencheur électromagnétique se déclenche instantanément, coupant l'alimentation secteur. Cela évite les conséquences graves associées aux défauts de surintensité.

Test du fonctionnement des rejets

Très souvent, les électriciens amateurs s’intéressent à la possibilité de vérifier de manière indépendante l’aptitude au service des déclencheurs de disjoncteur. Il est à noter qu'il est impossible de réaliser de tels tests par vous-même. Si un installateur débutant y est impliqué, un spécialiste expérimenté devrait superviser les travaux. Voici les instructions étape par étape pour exécuter cette procédure:

  • Tout d'abord, la surface de la boîte doit être inspectée visuellement pour assurer l'intégrité du corps.
  • Ensuite, vous devez actionner le levier de l'interrupteur plusieurs fois. Il devrait être facilement installé en position marche et arrêt.
  • Après cela, le périphérique est chargé. C'est le nom pour vérifier la qualité du fonctionnement de l'équipement dans des conditions défavorables. Cette étape prévoit la présence d’équipements spécialisés et, lorsqu’il est effectué, un électricien qualifié doit être présent. Pendant le test, le temps est enregistré, du moment où le courant augmente au déclenchement du voyage.
  • Enfin, un test similaire est effectué sur l'appareil dont le boîtier a été retiré.
  • Pendant le test de fonctionnement du dégagement thermique, le temps nécessaire pour éteindre l'appareil sous l'influence d'un courant élevé et élevé est enregistré.

La vérification de l’état des dispositifs de protection conformément aux exigences du PGE n’est effectuée que dans les combinaisons. Comme mentionné ci-dessus, cette procédure doit être surveillée par un spécialiste expérimenté.

Dans la vidéo, le processus d'installation d'un déclencheur indépendant dans le disjoncteur:

Conclusion

Dans cet article, nous avons traité du sujet des dispositifs de déclenchement, de ce que sont les dispositifs indépendants et de la manière dont les déclencheurs sont intégrés au disjoncteur. Vous connaissez maintenant le fonctionnement de divers types d’équipements et leur fonction.

Types et installation des déclencheurs de disjoncteurs

Le déclencheur (automatique) est un appareil électrique qui éteint le réseau si un courant électrique important le traverse. Un tel dispositif est utilisé pour garantir que la surchauffe des câbles ne provoque pas d'incendie dans la maison et que les appareils ménagers coûteux ne sont pas en panne.

Types de commutation

Toutes les machines sont divisées par type de déclencheurs. Ils sont divisés en 6 types:

  • thermique;
  • électronique;
  • électromagnétique;
  • indépendant;
  • combinés;
  • semi-conducteur.

Ils reconnaissent très rapidement les situations d'urgence, telles que:

  • l'apparition de surintensités - l'augmentation du courant électrique dépassant le courant nominal du commutateur;
  • surcharge de tension - court-circuit dans le circuit;
  • chute de tension.

À ce moment-là, le déclenchement automatique provoque une rupture des contacts, ce qui évite des conséquences graves sous la forme de dommages au câblage, aux équipements électriques, ce qui conduit très souvent à des incendies.

Interrupteur thermique

Il consiste en une plaque bimétallique dont l’une des extrémités est située à côté du dispositif de déclenchement du déclencheur automatique. La plaque est chauffée par le courant qui la traverse, d'où son nom. Lorsque le courant commence à augmenter, il se plie et touche la barre de déclenchement qui ouvre les contacts dans le mode "automatique".

Le mécanisme fonctionne même avec un léger excès du courant nominal et un temps de réponse plus long. Si l'augmentation de la charge est de courte durée, le commutateur ne fonctionnant pas, il est donc pratique de l'installer dans des réseaux avec des surcharges fréquentes mais de courte durée.

Avantages du dégagement thermique:

  • absence des surfaces contiguës et frottantes entre elles;
  • résistance aux vibrations;
  • prix budgétaire;
  • construction simple

Les inconvénients comprennent le fait que son travail dépend en grande partie du régime de température. Il est préférable de placer ces machines loin des sources de chaleur, faute de quoi de nombreuses fausses alarmes vous menaceront.

Interrupteur électronique

Les détails de ses composants comprennent:

  • appareils de mesure (capteurs de courant);
  • unité de contrôle;
  • bobine électromagnétique (transformateur).

Sur chaque pôle du déclencheur automatique électronique, un transformateur mesure le courant qui le traverse. Le module électronique du module de déclenchement traite ces informations en comparant le résultat obtenu à celui obtenu. Dans le cas où le résultat sera supérieur à celui programmé, un "automate" s'ouvrira.

Il y a trois zones de déclenchement:

  1. Long délai. Ici, le déclencheur électronique fait office de déclencheur thermique, bloquant le circuit des surcharges.
  2. Court délai. Produit une protection contre les courts-circuits inutiles, qui se produisent généralement à la fin du circuit protégé.
  3. La zone de travail «instantanément» offre une protection contre les courts-circuits de haute intensité.

Avantages - un grand choix de paramètres, la précision maximale de l'appareil par rapport à un plan donné, la présence d'indicateurs. Inconvénients - sensibilité au champ électromagnétique, prix élevé.

Électromagnétique

Il s’agit d’un solénoïde (bobine avec fil enroulé) dans lequel se trouve un noyau avec un ressort qui agit sur le mécanisme de déclenchement. Cet appareil est une action instantanée. Au cours de l'écoulement à travers l'enroulement d'une surintensité, un champ magnétique est formé. Il déplace le noyau et, en dépassant la force du ressort, agit sur le mécanisme en désactivant le mode "automatique".

Avantages - résistance aux vibrations et aux chocs, conception simple. Inconvénients - forme un champ magnétique, déclenché instantanément.

Commutateur indépendant

Ceci est un appareil optionnel pour les versions automatiques. Avec celui-ci, vous pouvez désactiver les disjoncteurs monophasés et triphasés situés à une certaine distance. Pour actionner le déclencheur, il est nécessaire d’alimenter la bobine. Pour ramener la machine à sa position initiale, vous devez appuyer manuellement sur le bouton "retour".

C'est important! Le conducteur de phase doit être connecté d’une phase à la borne inférieure de l’interrupteur. S'il n'est pas connecté correctement, un commutateur indépendant échouera.

La plupart du temps, des machines indépendantes sont utilisées dans les panneaux d'automatisation des périphériques d'alimentation hautement branchés de nombreux objets volumineux, où le contrôle est affiché sur la console de l'opérateur.

Commutateur combiné

Il comporte des éléments thermiques et électromagnétiques et protège le générateur de la surcharge et des courts-circuits. Pour le fonctionnement du déclencheur automatique combiné, le courant de «l'automate» thermique est indiqué et sélectionné: l'électroaimant est calibré pour 7 à 10 fois le courant correspondant au fonctionnement des réseaux de chauffage.

Les éléments électromagnétiques du commutateur combiné servent à la protection instantanée contre les courts-circuits et à la protection thermique contre les surcharges avec temporisation. L'automate combiné est désactivé lorsque l'un des éléments est déclenché. En cas de surintensité à court terme, aucun des types de protection ne fonctionne.

Commutateur à semi-conducteur

Il est composé de transformateurs de courant alternatif, d’amplificateurs magnétiques pour courant continu, d’une unité de contrôle et d’un électroaimant jouant le rôle de déclencheur automatique indépendant. Installez le programme sélectionné pour le découplage des contacts aide l'unité de contrôle.

À ses paramètres comprennent:

  • régulation du courant nominal dans l'appareil;
  • réglage de l'heure;
  • fonctionnement au moment de l'apparition d'un court-circuit;
  • interrupteurs de protection contre les surintensités et les courts-circuits monophasés.

Avantages - un large choix de réglementations pour différents systèmes d'alimentation, garantissant la sélectivité des machines connectées en série avec moins d'ampères.

Inconvénients - coût élevé, composants de gestion fragiles.

L'installation

De nombreux électriciens locaux pensent que l'installation de la machine n'est pas difficile. C'est vrai, mais vous devez suivre certaines règles. Les déclencheurs du disjoncteur, ainsi que les fusibles de la prise, doivent être branchés sur le secteur de sorte que, lors du dévissage du disjoncteur, son manchon de vis soit hors tension. Le raccordement du conducteur d’alimentation avec une alimentation unilatérale à la machine doit être effectué sur les contacts fixes.

L'installation d'un automate bipolaire monophasé électrique dans un appartement comprend plusieurs étapes:

  • montage de l'appareil dans le tableau électrique;
  • connecter des fils sans tension au compteur;
  • connexions au sommet des fils de tension de la machine;
  • allumer la machine.

Mont

Dans le rail électrique monté sur le tableau électrique. Coupez la taille souhaitée et fixez-la avec des vis sur le panneau électrique. Nous encliquetons la libération automatique du réseau sur le rail din à l’aide d’un verrou spécial, situé à l’arrière de la machine. Assurez-vous que l'appareil est en mode d'arrêt.

Connexion à un compteur électrique

Nous prenons un morceau de fil dont la longueur correspond à la distance entre le compteur et la machine. Nous connectons une extrémité au compteur électrique, l’autre - aux bornes de déclenchement, en respectant la polarité. La phase de puissance est connectée au premier contact et le fil de puissance zéro au troisième. Section du fil - 2,5 mm.

Connexion de tension

À partir du tableau de distribution central, l'alimentation mène au panneau de l'appartement. Ils sont connectés aux bornes de la machine, qui doivent être dans la position "arrêt", en respectant la polarité. La section de fil est calculée en fonction de l'énergie consommée.

Allumer la machine

Une fois que tout le câblage a été correctement installé, un déclencheur automatique de courant peut être mis en service.

Il se trouve que l’arrêt constant de la machine devient un gros problème. N'essayez pas de le résoudre en installant un déclencheur avec un courant nominal élevé. De tels dispositifs sont installés en tenant compte de la section des fils dans la maison, et peut-être qu'un courant important dans le réseau est inacceptable. Le problème ne peut être résolu qu'en examinant le système d'alimentation électrique de l'appartement par des électriciens professionnels.

Comment fonctionne le déclencheur pour le disjoncteur

Dans chaque appareil, jouant le rôle de mécanisme de protection des réseaux électriques domestiques, il existe un déclencheur indépendant pour le disjoncteur. Un tel dispositif implique une connexion mécanique avec un interrupteur et est considéré comme intégré à la machine.

La fonction de cet appareil dans un appareil automatique consiste à aider à débrancher le réseau électrique en cas d’approche d’un facteur négatif, tel qu’un clignotement bref ou une fuite de courant provenant de l’appareil lui-même ou des appareils ménagers.

Attention! Utilisez l'équipement strictement dans les conditions de température données. Un écart par rapport à la norme n'est pas recommandé.

Causes du mécanisme de désactivation

En fait, les scientifiques ont enregistré une grande masse de cas, pourquoi une libération indépendante a-t-elle été déclenchée, mais la plus courante et la plus fréquente rencontrée devant vous:

  • réduction de tension dans le circuit électrique;
  • augmentation de la tension, changement d'état actuel;
  • changement des caractéristiques du jeu;
  • échec incompréhensible et dysfonctionnement des automates.

Pour de nombreuses raisons, les appareils modernes sont généralement équipés de plusieurs mécanismes qui permettent une déconnexion avantageuse du réseau. Leur production est principalement composée de particules électromagnétiques et mécaniques, parfois électroniques. La libération du disjoncteur permettra à tous les appareils existants du ménage de rester intacts. Il est habituel de diviser ces périphériques intégrés en deux types.

Types de rejets à bord

La première variété est domestique. Leur mécanisme est déclenché uniquement par la tension qui traverse le circuit principal du disjoncteur. De tels dispositifs peuvent fonctionner à distance, contrairement aux autres systèmes de protection des réseaux électriques. La version aide activement à déconnecter du réseau tous les appareils et sources consommant régulièrement de l’alimentation, dans le cas d’un écart de tension notable par rapport à une norme prédéterminée. Cependant, cette installation présente également un inconvénient, qui traduit la perte d’énergie en dégagement de chaleur et la fait passer à travers le conducteur isolant. Parfois, ce facteur entraîne une déconnexion incorrecte du commutateur.

Dans l'électricien tirelire! Observez les caractéristiques du mécanisme, dans certains cas, des écarts par rapport à la norme peuvent être observés.

Apparition de la libération

Dans les modèles et systèmes les plus récents, cet inconvénient est éliminé grâce à la présence d'une plaque bimétallique, qui n'était pas utilisée auparavant pour la formation d'un dispositif de protection automatique. Cela contribue à empêcher la surchauffe de la machine.

Méthode de contrôle de l'action des disjoncteurs

Il arrive souvent que des différends demandent des éclaircissements sur la manière de tester correctement le fonctionnement des versions, en particulier les installateurs amateurs, c'est-à-dire les personnes qui peuvent le faire elles-mêmes lors de l'installation d'un équipement automatique.

  • Pour commencer, effectuez une inspection visuelle, c’est-à-dire inspectez toute la boîte. Il est important que le corps soit intact, sans déformation.
  • Essayez un commutateur à clé, assurez-vous qu’il prenne facilement la forme dans la position marche, également dans le sens opposé;
  • En d'autres termes, il est nécessaire de vérifier le dispositif pour la déconnexion du réseau de l'automate dans des conditions défavorables. Cette expérience est réalisée sur du matériel spécialisé sous la direction d’électriciens expérimentés. À l'aide de certaines capacités, le temps de déclenchement du déclencheur est enregistré de manière élémentaire à partir du moment où la surtension arrive.
  • Relâchez le déclencheur sur les côtés du boîtier et suivez-le sous l’influence de l’équipement. En cas de fuite de courant, la plaque doit chauffer et se déformer en une fraction de seconde, ce qui indique que le levier de l’automate est déconnecté.

Attention! Les tests de fonctionnement des disjoncteurs doivent être effectués strictement en combinaison et sous le contrôle d'un spécialiste expérimenté.

Lors du contrôle de la réponse thermique, le temps nécessaire à la machine pour s’éteindre sous l’influence de la tension est pris.

Libération de bobine d'induction

A quoi sert le voyage? Tout d'abord, ses tâches consistent à protéger le réseau électrique de la tension, qui peut même être minimale, mais supérieure à la valeur du courant nominal indiqué dans le passeport du dispositif. N'oubliez pas de faire attention à la classe de l'appareil, il indique à quel stade l'alimentation en électricité à travers le circuit doit s'arrêter.

Il existe une différence entre l’arrêt de la machine et les deux types de déclenchements électromagnétiques et thermiques. Pendant une fraction de seconde, un automate avec une propriété électromagnétique complète fonctionnera plus rapidement.

Regardez une courte vidéo sur le principe de fonctionnement du déclencheur pour un exemple du déclencheur RMM-47:

Déclenchement du disjoncteur: principaux types et leurs caractéristiques

Un réseau électrique moderne ne peut être imaginé sans l'équipement de protection nécessaire, notamment un disjoncteur. Contrairement aux fusibles obsolètes, il est conçu pour la protection de réseau et les équipements électriques réutilisables. Dans ce cas, le disjoncteur protège contre les courants de court-circuit, les surcharges excessives et certains modèles, même en cas de chute de tension inacceptable. Et au centre de toute cette structure, l'élément le plus important est le déclenchement du disjoncteur. Cela dépend de la fiabilité et de la rapidité d’exploitation, il est donc intéressant de comparer toutes les variétés existantes.

La comparaison

Ainsi, parmi les premiers peut être appelé un dégagement thermique. De par sa conception, le dégagement thermique se déclenche avec un retard. Plus la surintensité est élevée, plus le déclenchement thermique est rapide. Le temps de réponse peut donc varier de quelques secondes à une heure. C’est pourquoi la sensibilité de l’automate sur lequel est installé le déclencheur thermique est toujours déterminée par la caractéristique temps-courant et correspond aux classes B, C ou D.

Le type suivant fait référence au nombre de relâchement momentané. C'est un concept tel qu'un dégagement électromagnétique. Il fonctionne en une fraction de seconde, ce qui se compare avantageusement aux dissolvants thermiques. Cependant, le déclencheur électromagnétique a sa propre particularité - le déclenchement se produit lorsque le courant nominal est considérablement plus élevé. Sur cette base, le déclencheur électromagnétique a également une certaine sensibilité et appartient à l'une des classes - A, B, C ou D.

Le déclencheur le plus efficace est peut-être un déclencheur électronique. La rapidité de réponse et la haute sensibilité font du déclencheur électronique un moyen de protection idéal contre les surcharges et les courants de court-circuit. Pour cette raison, cette libération instantanée est utilisée pour plusieurs courants.

C'est une unité de déclenchement électronique qui est souvent montée à la fois sur des disjoncteurs à air et sur des disjoncteurs à boîtier moulé. Les disjoncteurs pneumatiques impliquent une conception ouverte (généralement dans un boîtier métallique) et sont conçus pour un courant pouvant atteindre plusieurs milliers d'ampères. Comme déjà mentionné, le déclencheur électronique, en raison de sa vitesse de réponse instantanée, est idéal pour les réseaux électriques. Quant aux disjoncteurs à boîtier moulé, ils se distinguent par leur taille compacte et leur conception fermée dans un boîtier en plastique thermodurcissable. Ils sont montés de manière pratique sur un rail DIN, mais un boîtier fermé implique des exigences accrues en matière de fiabilité du déclencheur. Tel est encore le déclenchement électronique, où il n'y a pas d'éléments mécaniques en mouvement.

Principe de fonctionnement

Quel que soit le type de déclencheur, son principe de fonctionnement repose sur l’ouverture du circuit en cas de dépassement des caractéristiques actuelles. Tout déclencheur fait partie intégrante d’un disjoncteur intégré ou connecté mécaniquement à celui-ci. La libération du disjoncteur sous l'influence de courants de court-circuit ou lorsque la charge est dépassée, déclenche la libération du dispositif de retenue dans le corps du disjoncteur. En conséquence, il y a un circuit ouvert.

Construction

La conception dépend du type de version. Ainsi, la plaque bimétallique est la base du dégagement thermique - une bande métallique de deux bandes ayant des coefficients de dilatation thermique différents. Avec le passage de courants qui dépassent la valeur autorisée, la plaque bimétallique se déforme, déclenchant ainsi le mécanisme de déclenchement.

Dans un déclencheur électromagnétique, la conception est un solénoïde (enroulement de forme cylindrique) avec un noyau mobile. Le courant passe à travers la bobine du solénoïde et en cas de dépassement des caractéristiques du courant, le noyau se rétracte en agissant sur le mécanisme d'ouverture.

Mais le déclencheur électronique du disjoncteur ne repose pas sur une action mécanique et présente une conception légèrement différente. Il se compose d'un contrôleur et de capteurs de courant. Le contrôleur compare les valeurs des capteurs de courant aux caractéristiques définies et, en cas de dépassement des paramètres de courant spécifiés, envoie un signal de désactivation. Ainsi, le déclencheur électronique dispose de paramètres plus flexibles, vous permettant d’ajuster les paramètres du disjoncteur aux exigences spécifiques de la protection du réseau électrique.

Caractéristiques du fonctionnement des disjoncteurs avec déclencheurs à microprocesseur

Ce n'est pas un secret pour personne que les disjoncteurs ne sont pas simplement des interrupteurs, qui transmettent le courant de fonctionnement et fournissent deux états du circuit électrique: fermé et ouvert. Un disjoncteur est un appareil électrique qui "surveille" en temps réel le niveau de courant circulant dans le circuit à protéger et l'éteint lorsque le courant dépasse une certaine valeur.

La combinaison la plus courante dans les disjoncteurs est une combinaison d'un déclencheur thermique et électromagnétique. Ce sont ces deux types de déclencheurs qui constituent la principale protection des circuits à maximum de courant.

Le dégagement thermique est conçu pour désactiver les courants de surcharge du circuit électrique. Le dégagement thermique est structurellement composé de deux couches de métaux avec des coefficients de dilatation linéaires différents. Cela permet à la plaque de se plier lorsqu'elle est chauffée et d'agir sur le mécanisme de déclenchement libre, éteignant éventuellement l'appareil. Une telle libération s'appelle également une libération thermo-bimétallique selon le nom de l'élément principal - une plaque bimétallique.

Cependant, ce type de déclencheur présente un inconvénient important: ses propriétés dépendent de la température ambiante. Autrement dit, si la température est trop basse, même si le circuit est surchargé, le déclencheur thermique du disjoncteur peut ne pas déconnecter la ligne. La situation inverse est également possible: par temps très chaud, le disjoncteur peut déconnecter faussement la ligne protégée en chauffant la plaque bimétallique avec l’environnement. De plus, le dégagement thermique consomme de l'énergie électrique.

Le déclencheur électromagnétique consiste en une bobine et un noyau en acier mobile maintenu par un ressort. Lorsqu'une valeur de courant donnée est dépassée, selon la loi de l'induction électromagnétique, un champ électromagnétique est induit dans la bobine, sous l'action duquel le noyau est aspiré dans la bobine, surmontant la résistance du ressort et déclenchant le mécanisme de déclenchement. En fonctionnement normal, un champ électromagnétique est également induit dans la bobine, mais sa force n'est pas suffisante pour vaincre la résistance du ressort et aspirer le noyau.

Le dispositif du mécanisme de libération électromagnétique est montré sur l'exemple de l'AP50B

Ce type de déclencheur ne consomme pas autant d’énergie électrique qu’un déclencheur thermique.

De nos jours, les déclencheurs électroniques à microcontrôleur sont largement utilisés. Avec leur aide, vous pouvez affiner les paramètres de sécurité suivants:

  • niveau de courant de protection
  • temps de protection de surcharge
  • temps de réponse dans la zone de surcharge avec la fonction de «mémoire thermique» et sans
  • courant de coupure sélectif
  • heure de coupure sélective

La fonction implémentée consistant à effectuer un test automatique de l'opérabilité du mécanisme de déclenchement libre à l'aide du bouton TEST vous permet de vérifier le périphérique par le consommateur.

Le réglage des paramètres du circuit électrique sur le panneau avant de l'appareil permet au personnel de comprendre facilement la configuration de la protection de la ligne sortante.

L'utilisation des commutateurs rotatifs sur le panneau avant définit le niveau de courant de fonctionnement du circuit. Le réglage du courant de fonctionnement du déclencheur IR est défini par multiples: 0,4; 0,45; 0,5; 0,56; 0,63; 0,7; 0,8; 0,9; 0,95; 1,0 au courant nominal du disjoncteur.

Il y a deux modes de fonctionnement du déclenchement à semi-conducteur lorsque le circuit électrique est surchargé:

  • avec "mémoire thermique";
  • sans "mémoire thermique"

La «mémoire thermique» est une émulation du fonctionnement d'un dégagement thermique (plaque bimétallique): une libération logicielle basée sur un microprocesseur détermine le temps nécessaire au refroidissement d'une plaque bimétallique. Cette fonction permet à l'équipement et au circuit protégé de refroidir plus de temps et, par conséquent, leur durée de vie ne diminue pas.

L'un des avantages est de régler le niveau actuel et la durée de fonctionnement du disjoncteur lors d'un court-circuit, ce qui fournit la sélectivité de protection nécessaire. Cela est nécessaire pour que le disjoncteur d'entrée soit désactivé plus tard que les appareils les plus proches de l'accident. Il est important de noter que, contrairement au dégagement thermique, les réglages de l'heure dans le déclencheur du microprocesseur ne changent pas lorsque la température ambiante change.

Le réglage du réglage actuel de la surintensité sélective est sélectionné multiple du courant de fonctionnement IR: 1,5; 2; 3; 4; 5; 6; 7; 8; 9; 10

Le réglage du temps de coupure est sélectionné en secondes: 0 (sans délai); 0,1; 0,15; 0,2; 0,25; 0,3; 0,35; 0.4.

La compatibilité électromagnétique des déclencheurs à base de microprocesseurs des disjoncteurs OptiMat D permet l’utilisation de ces dispositifs dans les installations électriques industrielles générales. À leur tour, les champs électromagnétiques générés par les éléments du déclencheur à microprocesseur n’affectent pas les équipements environnants.

Considérez le choix des paramètres sur l'exemple du déclencheur MR1-D250 à microprocesseur du disjoncteur OptiMat D. Il existe un moteur à induction AIR250S2 avec les paramètres P = 75 kW; cosφ = 0,9; IP / In = 7,5; pour lequel vous devez sélectionner les réglages du dispositif de protection (le disjoncteur protège directement la ligne avec ce moteur). Nous acceptons les conditions suivantes: le démarrage du moteur est facile et le temps de démarrage est de 2 secondes.

Nous sélectionnons la consigne de notre moteur en 4 secondes avec la fonction de mémoire thermique:

Dans notre cas, le courant nominal du moteur électrique est de 126,6 A. Par conséquent, réglez le commutateur pour régler le courant nominal du commutateur sur 0,56 de sorte que la valeur la plus proche soit de 140 A.

Pour que le disjoncteur ne fonctionne pas faussement avec des courants d'appel dont la multiplicité est de 7,5 pour le moteur sélectionné, nous acceptons le réglage de la coupure sélective de courant égal à 8.

Étant donné que cet interrupteur sera installé directement pour protéger le moteur afin d'assurer une sélectivité dans l'action des interrupteurs, nous acceptons une coupure instantanée sélective du courant (sans temporisation).

Il convient également de noter que lorsque le courant de court-circuit dépasse une valeur de 3 000 A, l’interrupteur fonctionnera instantanément, c’est-à-dire sans temporisation.

Ainsi, nous avons considéré un exemple du choix des paramètres pour un déclencheur à microprocesseur, offrant une protection pour un moteur à induction. Cet exemple de choix de points de consigne de déclenchement basés sur un microprocesseur n'est pas un manuel technique. Dans la forme finale, le panneau de configuration du déclencheur du disjoncteur commandé par microprocesseur ressemblerait à

La compatibilité électromagnétique qui répond aux exigences de GOST R 50030.2-2010 et la possibilité de l'introduire dans le système d'automatisation rendent les disjoncteurs Optimat D250 plus fiables, pratiques et rentables à bien des égards.

Libération de shunt

Aujourd'hui, nous allons parler d'un déclencheur indépendant - de quel type d'appareil il s'agit, à quoi il sert et de quoi il s'agit.

Je pense qu'il est peu probable que les artisans à la maison découvrent cet appareil, car dans les appartements et les maisons privées, les rejets ne sont pratiquement pas utilisés car ils ne sont tout simplement pas nécessaires, mais dans les panneaux industriels, ils se retrouvent souvent. Surtout dans les panneaux de ventilation, pour leur arrêt à distance en cas d'incendie.

Ainsi, un déclencheur indépendant est un dispositif conçu pour l’arrêt à distance des dispositifs de protection, en particulier des disjoncteurs à un, deux, trois ou quatre pôles. Le plus souvent, il se connecte à un automate d'introduction, de sorte qu'en cas d'urgence, désactive complètement le bouclier. A propos, en plus des déclencheurs indépendants, des déclencheurs de tension minimum et maximum peuvent être utilisés, contacts de signal d'état, contacts d'alarme, mais à ce sujet une autre fois.

Structurellement, un déclencheur indépendant est un électro-aimant qui, avec une courte impulsion, agit avec un levier sur le mécanisme pour éteindre l'interrupteur automatique. La bobine d'un électro-aimant peut être conçue pour des tensions comprises entre 12 et 60V alternatif ou continu, ou entre 110 et 415V, selon le modèle. De plus, selon le modèle, les déclencheurs peuvent être attachés à la machine, du côté droit ou du côté gauche.

Pour une réponse claire, il est nécessaire de connecter correctement le déclencheur au disjoncteur. Différents modèles de différentes entreprises peuvent avoir différentes implémentations techniques, il est donc nécessaire ici de se concentrer sur un modèle spécifique.

Déclencheur shunt avec disjoncteur

En passant, lors du choix d'un déclencheur indépendant, il est nécessaire de faire attention à la série de dispositifs de protection auxquels il s'adapte, car sinon, il ne serait pas possible de le fixer.

Schéma de connexion de shunt indépendant

La figure montre un schéma typique de connexion d'une version indépendante. Ici, il convient de noter que si le disjoncteur est alimenté aux bornes supérieures, la phase doit alors être alimentée au déclencheur à partir de la borne inférieure du disjoncteur. Sinon, la libération échouera simplement. Pour un arrêt à distance dans ce schéma, un bouton avec NO contacts est utilisé.

Schéma de connexion de shunt indépendant

Assemblé rapidement le schéma de câblage. Du cordon d'alimentation avec fiche, une extrémité (marron) vient au contact supérieur de l'interrupteur. Du contact inférieur se trouve un cavalier avec un fil marron au contact du déclencheur A2. À partir du contact supérieur A1, le fil bleu s’insère dans l’un des contacts de bouton normalement ouverts. La deuxième extrémité du cordon d’alimentation est connectée à la deuxième broche du bouton. Maintenant, il ne reste plus qu'à vérifier le schéma. Déclenchez le disjoncteur et lorsque vous appuyez brièvement sur le bouton, le commutateur est désactivé.

En outre, au lieu d’un bouton, vous pouvez utiliser n’importe quel contact de fermeture du dispositif d’alarme incendie.

C'est tout ce que je voulais vous dire à propos de la version indépendante. Si vous avez des questions, écrivez dans les commentaires.

Déclenchement du disjoncteur

Chaque disjoncteur est équipé d'un ou plusieurs déclencheurs destinés à la mise en oeuvre de:

ouverture automatique des contacts principaux en cas de surintensité dans le circuit principal du disjoncteur;

ouverture automatique du disjoncteur lorsque la tension chute ou que d'autres caractéristiques des circuits électriques et des équipements électriques qui y sont connectés sont modifiées;

déconnexion à distance du disjoncteur, et autres Déclenchement automatique du déclencheur. Dans le dictionnaire électrotechnique international (CEI) (CEI 60050-441 [2, 3]), le terme "déclencheur (dispositif de commutation mécanique)" est défini comme: un dispositif connecté mécaniquement à un dispositif de commutation mécanique qui libère un dispositif de retenue et permet l'ouverture ou la fermeture. dispositif de commutation de circuit. La définition citée est utilisée dans la norme CEI 60947-1 2007 actuelle [4], ainsi que dans sa précédente édition (1999) - et complétée par une note indiquant que la diffusion peut être effectuée instantanément, avec une temporisation, etc.

Dans le document GOST R 50030.1 [5] (il a été développé sur la base de la norme CEI 60947-1 1999), on utilise le terme "déclencheur (dispositif de commutation à contact)", défini comme suit: "Un dispositif connecté mécaniquement à un dispositif de commutation qui libère des dispositifs de retenue et permet ainsi l'ouverture ou la fermeture de l'appareil de commutation. " La note à la définition indique que "la libération instantanée, le délai, etc." sont possibles.

La norme IEC 61992-1 [6] utilise également la définition du terme "déclencheur (dispositif de commutation mécanique)", emprunté à la MEA, qui est complétée par les trois notes suivantes. Ici, le terme «relâchement» désigne tout dispositif à action mécanique utilisé pour déclencher une opération dans les cas où certaines conditions sont rencontrées dans le circuit d'entrée du dispositif. Le disjoncteur peut avoir plusieurs déclencheurs, chacun fonctionnant conformément aux conditions établies. Le déclencheur peut être assemblé à partir de pièces mécaniques, électromagnétiques ou électroniques.

Dans les normes CEI 62271-100 [7], CEI 62271-105 [8], CEI 62271-107 [9] et CEI 62271-110 [10], le terme “déclencheur” est défini de la même manière que le terme “déclencheur (dispositif de commutation mécanique)” "dans IEC 60050-441.

Dans la CEI 60077-4 [11], le terme «déclencheur» est défini comme suit: un dispositif libérant un dispositif de maintien et permettant au disjoncteur de s'ouvrir ou de se fermer. Les notes relatives à la définition de ce terme précisent que le disjoncteur peut être actionné par plusieurs déclencheurs, chacun fonctionnant conformément aux conditions établies. Ces déclencheurs peuvent être connectés mécaniquement ou électriquement au dispositif de commutation.

Dans la norme IEC 60898-1 2003 [12] et dans sa précédente édition - la norme IEC 60898 1995 [13], le terme “déclencheur” est défini comme: un dispositif connecté mécaniquement à un disjoncteur (ou intégré) qui libère dispositif de maintien et permet l’ouverture automatique du disjoncteur.

Dans GOST R 50345 (développé sur la base de la norme IEC 60898 1995), ce terme a le même nom - "release" et une définition similaire: "Un dispositif connecté mécaniquement à un disjoncteur (ou intégré dans celui-ci) qui libère un dispositif de maintien dans le mécanisme un disjoncteur et fait que le disjoncteur fonctionne automatiquement. "

Dans la CEI 61009-1 2006 [14] et dans sa précédente édition (1996 [15]), le terme “libération” est également défini: un dispositif lié mécaniquement à AVDT [1] (ou intégré dans celui-ci), qui libère le dispositif de maintien et permet l’ouverture automatique de l’ASD (la note indique que la définition du MEA [2] fait également référence à la fermeture).

Dans le document GOST R 51327.1 [16] (développé sur la base de la norme CEI 61009-1 de 1996), le terme «libération» est défini de la même manière: «Un dispositif connecté mécaniquement à AVDT (ou intégré dans celui-ci) libère le mécanisme de maintien et permet la déconnexion automatique de l'AVDT. "(La note précise que" Dans la définition fournie dans le MEA, il est également fait référence à la fermeture ").

Dans le document GOST 17703 [17], le terme "dispositif de déverrouillage de dispositif de contact (déverrouillage)" est défini comme "un dispositif conçu pour agir mécaniquement sur le dispositif de maintien d'un dispositif de contact afin de libérer ses pièces mobiles afin de modifier la position de commutation" (la note indique principes de fonctionnement du déclencheur appliquer les termes: "dégagement électromagnétique", "dégagement thermique", etc. ").

Pour la documentation réglementaire nationale, nous pouvons recommander la définition suivante du terme en question: un déclencheur est un dispositif connecté mécaniquement ou intégré à un disjoncteur qui libère un dispositif de maintien dans le mécanisme du disjoncteur, déclenchant son ouverture automatique.

Pour l'ouverture automatique des contacts principaux en cas de surintensité dans les circuits électriques protégés par le disjoncteur, la désactivation des circuits électriques lorsque la tension chute en tout point, la commande à distance du disjoncteur et d'autres actions, chaque disjoncteur est équipé d'un ou plusieurs déclencheurs. Le déclencheur est un dispositif connecté mécaniquement ou intégré au disjoncteur, qui agit sur le dispositif de maintien dans le mécanisme du disjoncteur et déclenche son ouverture automatique. L’ouverture du disjoncteur sous l’influence du déclencheur est appelée déclenchement.

Tout disjoncteur est équipé de déclencheurs à maximum de courant qui déclenchent son ouverture (avec ou sans retard) lorsque le courant électrique dans le circuit principal du disjoncteur dépasse une valeur spécifiée. Le déclencheur à maximum de courant peut avoir une temporisation inversement dépendante à laquelle son temps de réponse est inversement proportionnel à la valeur de la surintensité dans le circuit principal de l'interrupteur automatique. Aux valeurs élevées de surintensité, le temps de réponse d'un tel déclenchement est minimal. Le déclencheur spécifié est appelé déclencheur à maximum de courant avec une temporisation dépendante du retour.

Les déclencheurs de surintensité des disjoncteurs sont axés sur la protection contre les courants de surcharge (déclencheur de surcharge) et les courants de court-circuit (déclencheur de court-circuit). La libération de surcharge a généralement un retard dépendant inverse. Le déclencheur de court-circuit déclenche le disjoncteur non retardé.

Les déclencheurs à maximum de courant des disjoncteurs domestiques sont généralement des déclencheurs à action directe qui fonctionnent directement à partir du courant électrique qui circule dans le circuit principal du disjoncteur à travers ces déclencheurs.

Les disjoncteurs sont parfois équipés de déclencheurs indépendants, avec lesquels ils effectuent leur contrôle à distance (shutdown). Ils peuvent également être équipés de déclencheurs à minimum de tension, les désactivant lorsque la tension aux points de consigne de l'installation électrique du bâtiment tombe en dessous de certaines valeurs. Le dispositif de maintien. Dans les définitions ci-dessus du terme "libération", données dans la MEA et dans les normes CEI 60077-4, CEI 60898-1 et CEI 61009-1, il est fait mention du "dispositif de maintien", qui empêche le dispositif de commutation de s'activer et qui le permet faire du sport Les normes nationales GOST R 50345, GOST R 51327.1, développées sur la base des normes IEC, et GOST 17703 appellent ce dispositif un dispositif de maintien et un mécanisme de maintien.

Dans le document GOST 17703, le terme "dispositif de maintien d'un dispositif à contact" est défini comme "un dispositif destiné à empêcher le déplacement des parties mobiles d'un dispositif à contact d'une position à une autre".

Pour la documentation réglementaire nationale, il est conseillé de se référer au terme en question en tant que dispositif de retenue, car il fait partie du mécanisme du dispositif de commutation. Ce terme peut être défini comme suit: dispositif de maintien - dispositif qui empêche le déplacement des contacts principaux du disjoncteur d’une position fermée à une position ouverte.

Lorsqu'il est déclenché, le déclencheur à maximum de courant agit sur le dispositif de maintien du disjoncteur, ce qui empêche le mouvement des parties mobiles des contacts principaux fermés, c'est-à-dire empêche l'ouverture des contacts principaux. Le dispositif de maintien libère les contacts principaux qui commencent à s'ouvrir sous l'action de l'énergie accumulée dans les ressorts tendus (comprimés) du mécanisme de l'interrupteur automatique lors de sa fermeture. Le dispositif de retenue est également affecté par d'autres déclencheurs - un déclencheur indépendant et un déclencheur à minimum de tension, dont le fonctionnement déclenche l'ouverture du disjoncteur.

Libération instantanée. Dans un MEA (norme CEI 60050-441), le terme «libération instantanée» est défini comme: une libération qui fonctionne sans aucun délai intentionnel.

Dans la CEI 62271-100, le terme «libération instantanée» est défini de la même manière que ce terme est défini dans un MEA.

Le terme «relais ou déclencheur instantané» est défini dans la norme CEI 60947-1 2007 et dans sa précédente édition (1999): relais ou déclencheur qui fonctionne sans retard temporel intentionnel.

Dans le GOST R 50030.1, le terme «relais instantané ou unité de déclenchement» est utilisé, défini comme «relais ou unité de déclenchement fonctionnant sans délai spécifié».

Dans la CEI 61992-1, le terme "relais instantané ou déclenchement instantané" est défini comme suit: un relais ou un déclencheur qui fonctionne sans délai intentionnel.

Dans la CEI 60077‑4, le terme «déclencheur de surintensité (instantané)» est défini comme: un dispositif qui déclenche une opération sans temporisation intentionnelle lorsque le courant atteint une certaine valeur.

Les définitions présentées du terme «publication instantanée» dans les normes de la CEI caractérisent une telle publication qui fonctionne sans aucun délai déterminé intentionnellement. Pour la documentation réglementaire nationale, il est conseillé de nommer la libération instantanée et de la définir comme suit: la libération instantanée est une libération qui fonctionne sans délai.

Toute libération instantanée déclenche le fonctionnement du disjoncteur instantanément - sans délai prédéfini. Si le déclencheur instantané est un déclencheur à maximum de courant, il déclenche l'ouverture instantanée du disjoncteur dans les cas où la surintensité dans son circuit principal dépasse une certaine valeur. Le disjoncteur domestique est équipé de déclencheurs de surintensité, qui comprennent les déclencheurs de court-circuit électromagnétiques qui se déclenchent sans délai, c'est-à-dire que leur fonctionnement est parfaitement compatible avec le fonctionnement du déclencheur instantané.

Sortie indépendante. Dans le MEA (norme CEI 60050-441), le terme «déclencheur shunt» est défini comme: un déclencheur déclenché par une source de tension. La note de définition indique que la source de tension peut être indépendante de la tension du circuit principal.

Dans la norme IEC 60947-1 2007, ainsi que dans sa précédente édition (1999), dans les normes IEC 62271-1100, IEC 62271-105, IEC 62271-107, IEC 62271-110 et IEC 60694 [18], le terme Le «déclencheur shunt» est défini de la même manière que le terme est défini dans la CEI 60050‑441.

Dans le document GOST R 50030.1, le terme en question prend le nom de «déclencheur indépendant» et la définition suivante: «Dispositif de déclencheur commandé par une source de tension». La note de définition indique que "la source de tension peut être indépendante de la tension présente dans le circuit principal".

La CEI 61992-1 définit le terme «relais shunt ou déclencheur shunt»: relais ou déclencheur alimenté par une source de tension indépendante.

Les définitions présentées du terme «déclencheur shunt» des normes CEI caractérisent un tel déclencheur qui est alimenté par une source de tension. Pour la documentation réglementaire nationale, il est conseillé de nommer le terme en question comme une version indépendante et de déterminer comme suit: une version indépendante - une version initiée par une source de tension.

Le déclencheur indépendant est utilisé dans le circuit de commande du disjoncteur. Il est destiné à la commande à distance d'un disjoncteur. Il est utilisé dans les cas où il est nécessaire de déconnecter à distance des circuits électriques utilisant un disjoncteur.

Après avoir appliqué une tension au circuit de commande du déclencheur indépendant, son mécanisme électromagnétique agit sur le dispositif de maintien du disjoncteur, déclenchant l'ouverture des contacts de son circuit principal. Le signal de commande du déclencheur indépendant peut être généré manuellement, par exemple à l’aide d’un commutateur à bouton-poussoir avec un contact de fermeture, ou généré par un dispositif de commutation ou électronique jouant le rôle de capteur permettant de réaliser certaines conditions prédéterminées, par exemple une minuterie à une heure donnée.

Après un arrêt à distance au moyen d'un déclencheur indépendant, le disjoncteur domestique est activé manuellement.

Les disjoncteurs indépendants fabriqués pour les disjoncteurs domestiques peuvent avoir un circuit de commande de tension alternative de 12–415 V et une tension continue de 12–220 V. Pour protéger le circuit de commande du déclencheur indépendant contre les courts-circuits, utilisez des fusibles ou des disjoncteurs de courant nominal, dont la valeur est indiquée par le fabricant.

La largeur du déclencheur indépendant (Fig. 1) est généralement égale à la largeur d’un disjoncteur unipolaire avec un courant nominal jusqu’à 63 A (un module - 17,5 ou 18 mm). Les dimensions restantes du déclencheur correspondent à celles du disjoncteur. Le déclencheur indépendant est fixé au disjoncteur du côté droit ou gauche avec des pinces à ressort ou des vis. La conception du déclencheur indépendant peut permettre de monter un ou plusieurs contacts auxiliaires (Fig. 2).

Déclencheur à minimum de tension. Au MEA (norme CEI 60050-441), le terme «déclencheur à minimum de tension» est défini comme: un déclencheur shunt qui permet au dispositif de commutation mécanique de s'ouvrir ou de se fermer avec ou sans temporisation lorsque la tension au déclenchement est inférieure à une valeur prédéterminée. Dans la CEI 62271-100, la définition du terme «déclencheur à minimum de tension» est la même.

Dans la norme CEI 60947-1 2007, ainsi que dans sa précédente édition (1999), le terme "relais ou déclencheur de déclencheur à minimum de tension" est défini comme suit: relais ou déclencheur permettant à un dispositif de commutation mécanique de s'ouvrir ou de se fermer avec ou sans retard dans les cas où la tension aux sorties du relais ou du déclencheur chute en dessous d’une valeur prédéterminée.

Le terme GOST R 50030.1 porte le nom "relais minimal ou déclencheur à tension minimale" et la définition suivante: "relais ou déclencheur permettant d'ouvrir ou de fermer un dispositif de commutation à contact avec ou sans temporisation lorsque la tension au relais ou au déclencheur est inférieure à une valeur spécifiée".

Dans la CEI 61992‑1, on entend par «relais à minimum de tension ou déclencheur à minimum de tension»: un relais ou un déclencheur qui déclenche un dispositif de commutation dans les cas où la tension qui apparaît aux bornes d'un dispositif de commutation tombe en dessous de la valeur sélectionnée.

Dans GOST 17703, le terme «déclenchement minimum» est défini comme «un déclenchement déclenchant l'appareil lorsque la valeur de la valeur affectante est inférieure à une certaine valeur» (la note précise que, selon le type de quantité d'effet, les termes «déclenchement minimum de la tension» "et autres.").

Les définitions présentées du terme «déclencheur à minimum de tension» des normes CEI caractérisent un tel déclencheur qui permet au dispositif de commutation de s'ouvrir ou de se fermer lorsque la tension aux bornes du déclencheur tombe au-dessous d'une valeur prédéterminée. Le nom «dégagement de tension minimum» utilisé dans la documentation réglementaire nationale comporte une erreur logique. Le déclencheur en question doit répondre à une chute de tension inférieure à une valeur prédéterminée. Par conséquent, il est recommandé d'appeler le déclencheur à minimum de tension et à le définir comme suit: le déclencheur à minimum de tension est un déclencheur qui déclenche l'ouverture d'un disjoncteur avec ou sans temporisation lorsque la tension à ses bornes chute au-dessous d'une valeur prédéterminée.

Le déclencheur à minimum de tension est utilisé dans le circuit de commande du disjoncteur. Son objectif principal est d'inciter un disjoncteur à couper les circuits électriques tout en réduisant leur tension, ce qui est inacceptable pour les équipements électriques. Le déclencheur à minimum de tension peut déclencher l'ouverture du disjoncteur lorsque la tension dans son circuit de commande chute à 70% de sa valeur nominale (par exemple, égale à 230 V CA) ou moins, et permet également au disjoncteur de se fermer si la tension dans ce circuit est d'au moins 85%. de nominal.

Les déclencheurs à minimum de tension, généralement produits pour les disjoncteurs domestiques, ont un circuit de commande de courant alternatif de 230–400 V et une tension continue de 24–220 V. Sa largeur, comme celle d'un déclencheur indépendant (voir fig. 1), est généralement égale à la largeur d'un pôle un disjoncteur avec un courant nominal jusqu’à 63 A. Les autres dimensions du déclencheur à minimum de tension correspondent à celles du disjoncteur. Le déclencheur à minimum de tension est fixé au disjoncteur sur le côté droit ou gauche avec des pinces à ressort ou des vis. Un ou plusieurs contacts auxiliaires peuvent être installés sur le déclencheur à minimum de tension (voir fig. 2).

Le déclencheur à minimum de tension peut avoir des contacts de fermeture et d'arrêt utilisés pour des circuits supplémentaires et des circuits de commande de disjoncteur. Certaines modifications des déclencheurs à minimum de tension ont un court délai d’activation et permettent d’ajuster la tension de fonctionnement.

Le déclencheur à minimum de tension peut également être utilisé comme déclencheur indépendant si un bouton-poussoir avec un contact de rupture est connecté de manière séquentielle à son circuit de commande. Si ce contact est ouvert pendant une courte période, le déclencheur à minimum de tension désactive le disjoncteur.

L'activation du disjoncteur domestique après sa désactivation à l'aide du déclencheur à minimum de tension est généralement également effectuée manuellement.

Fig. 1. Déclencheur indépendant ou à minimum de tension

Fig. 2. Installation de dispositifs supplémentaires sur les disjoncteurs: 1 - déclencheur indépendant ou déclencheur à minimum de tension sur un disjoncteur unipolaire; 2 - déclencheur indépendant ou déclencheur à minimum de tension sur un disjoncteur tripolaire; 3 - déclencheur indépendant ou déclencheur à minimum de tension et deux contacts auxiliaires sur un disjoncteur tétrapolaire

1. GOST R 50345–99 (CEI 60898–95). L'équipement est électrique de petite taille. Disjoncteurs pour la protection contre les surintensités à des fins domestiques et similaires. M: IPK Publishing House, 2000.

2. Norme internationale CEI 60050-441. Vocabulaire Electrotechnique International. Partie 441: Appareillage de connexion, appareillage de commande et fusibles. Deuxième édition. - Genève: CEI, 1984‑01.

3. Norme internationale CEI 60050‑441-am1. Vocabulaire Electrotechnique International. Partie 441: Appareillage de connexion, appareillage de commande et fusibles. Deuxième édition. Amendement 1. - Genève: CEI, 2000‑07.

4. Norme internationale CEI 60947-1. Appareillage à basse tension. Partie 1: Règles générales. Cinquième édition. - Genève: CEI, 2007‑06.

5. GOST R 50030.1–2000 (CEI 60947‑1–99). Equipements de distribution et de contrôle basse tension. Partie 1. Exigences générales et méthodes d’essai. M: IPK Publishing House, 2001.

6. Norme internationale CEI 61992-1. Applications ferroviaires. Installations fixes. Appareillage DC. Partie 1: Général. Deuxième édition. - Genève: CEI 2006‑02.

7. Norme internationale CEI 62271-100. Appareillage à haute tension. Partie 100: Disjoncteurs à courant alternatif à haute tension. Edition 1.2. - Genève: CEI 2006-10.

8. Norme internationale CEI 62271-105. Appareillage à haute tension. Partie 105: Combinaisons de fusibles à courant alternatif. Première édition. - Genève: CEI, 2002‑08.

9. Norme internationale CEI 62271-107. Appareillage à haute tension. Partie 107: Commutateurs à fusible de courant alternatif pour des tensions assignées supérieures à 1 kV jusqu'à 52 kV inclus. Première édition. - Genève: CEI, 2005-09.

10. Norme internationale CEI 62271-109. Appareillage à haute tension. Partie 109: Interrupteurs de dérivation de condensateur série à courant alternatif. Première édition. - Genève: CEI 2006‑08.

11. Norme internationale CEI 60077-4. Applications ferroviaires. Matériel électrique pour matériel roulant. Partie 4: Composants électrotechniques. Règles pour les disjoncteurs AC. Première édition. - Genève: CEI, 2003‑02.

12. Norme internationale CEI 60898-1. Accessoires électriques. Disjoncteurs pour les ménages. Partie 1: Disjoncteurs pour a. c. opération. Edition 1.2. - Genève: CEI, 2003-07.

13. Norme internationale CEI 60898. Accessoires électriques. Disjoncteurs pour les ménages. Deuxième édition. Genève: CEI 1995‑02.

14. Norme internationale CEI 61009-1. RCBO, disjoncteur courant résiduel (RCBO). Partie 1: Règles générales. Edition 2.2. - Genève: CEI 2006‑06.

15. Norme internationale CEI 61009-1. RCBO, disjoncteur courant résiduel (RCBO). Partie 1: Règles générales. Deuxième édition. - Genève: CEI, 1996‑12.

16. GOST R 51327.1–99 (CEI 61009‑1–96). Interrupteurs automatiques, contrôlés par courant différentiel, pour usages domestiques et analogues, avec protection intégrée contre les surintensités. Partie 1. Exigences générales et méthodes d’essai. M: IPK Publishing House, 2000.

17. GOST 17703–72. Dispositifs de commutation électrique. Les concepts de base Termes et définitions. M: Maison d'édition de normes, 1972.

18. Norme internationale CEI 60694. Spécifications communes aux normes pour les appareils à haute tension. Edition 2.2. - Genève: CEI, 2002‑01.