Contacteurs et démarreurs à thyristors sans contact

  • Fils

La commutation du courant dans le circuit par des démarreurs électromagnétiques, des contacteurs, des relais, des dispositifs de commande manuelle (commutateurs, commutateurs de paquets, commutateurs, boutons, etc.) s'effectue en modifiant la résistance électrique de l'unité de commutation dans de larges limites. Dans les dispositifs de contact, un tel organe est un espace intercontact. Sa résistance aux contacts fermés est très faible, avec des contacts ouverts elle peut être très élevée. En mode de commutation de circuits, un changement très rapide de résistance, semblable à un saut, se produit entre l’espace de contact des valeurs limites minimale à maximale (déconnexion), ou inversement (inclusion).

Les appareils électriques sans contact sont des appareils conçus pour allumer et éteindre (commuter) des circuits électriques sans le casser physiquement. La base de la construction des dispositifs sans contact est constituée de divers éléments à résistance électrique non linéaire, dont la valeur varie dans des limites assez larges. Il s’agit actuellement de thyristors et de transistors; des amplificateurs magnétiques étaient utilisés auparavant.

Avantages et inconvénients des dispositifs sans contact par rapport aux démarreurs et aux contacteurs classiques

Par rapport aux dispositifs à contact, les systèmes sans contact présentent les avantages suivants:

- aucun arc électrique ne se produit qui aurait un effet destructeur sur les détails de l'appareil; le temps de réponse peut atteindre de petites valeurs, ce qui permet une grande fréquence d'opérations (des centaines de milliers d'opérations par heure),

- ne pas porter mécaniquement

Dans le même temps, les dispositifs sans contact présentent des inconvénients:

- ils ne fournissent pas une isolation galvanique dans le circuit et ne créent pas de faille visible dans celui-ci, ce qui est important du point de vue de la sécurité;

- la profondeur de commutation est inférieure de plusieurs ordres de grandeur aux dispositifs à contact,

- dimensions, poids et coût pour les paramètres techniques comparables ci-dessus.

Les dispositifs sans contact construits sur des éléments semi-conducteurs sont très sensibles aux surtensions et aux surintensités. Plus le courant nominal de l'élément est élevé, plus la tension inverse que cet élément est capable de supporter dans un état non conducteur est faible. Pour les éléments conçus pour des courants de plusieurs centaines d'ampères, cette tension est mesurée en centaines de volts.

Les possibilités des dispositifs de contact à cet égard sont illimitées: l'espace entre les contacts d'une longueur de 1 cm peut résister à une tension maximale de 30 000 V. Les éléments semi-conducteurs ne permettent qu'une surcharge de courant à court terme: un courant décuplé par rapport à la valeur nominale peut les traverser en dixièmes de seconde. Les dispositifs de contact sont capables de supporter une surcharge de courant de surintensité pendant des périodes de temps spécifiées.

La chute de tension dans l'élément semi-conducteur à l'état conducteur à un courant nominal est environ 50 fois supérieure à celle des contacts classiques. Ceci détermine les pertes de chaleur importantes dans l'élément à semi-conducteur en mode courant continu et la nécessité de recourir à des dispositifs de refroidissement spéciaux.

Tout cela suggère que la question du choix d'un appareil à contact ou sans contact est déterminée par les conditions de travail spécifiées. Avec des courants de commutation faibles et des tensions faibles, l'utilisation d'appareils sans contact peut s'avérer plus pratique que le contact.

Les dispositifs sans contact ne peuvent pas être remplacés par des contacts dans des conditions de haute fréquence et de grande vitesse.

Bien entendu, les dispositifs sans contact, même à des courants élevés, sont préférables lorsqu'il est nécessaire de fournir un contrôle amplificateur du circuit. Mais à l'heure actuelle, les dispositifs à contact présentent certains avantages par rapport aux dispositifs sans contact, si, pour des tensions et des courants relativement élevés, il est nécessaire de fournir un mode de commutation, c'est-à-dire une simple déconnexion et une mise en circuit des circuits avec du courant à une fréquence faible des réponses du dispositif.

Un inconvénient important des éléments des équipements électromagnétiques, les circuits électriques commutatifs, est la faible fiabilité des contacts. La commutation de valeurs de courant élevées est associée à l'apparition d'un arc électrique entre les contacts au moment de l'ouverture, ce qui provoque leur réchauffement, leur fusion et, par conséquent, la défaillance de l'appareil.

Dans les installations avec des mises sous / hors tension fréquentes des circuits de puissance, le fonctionnement peu fiable des contacts des dispositifs de commutation affecte négativement les performances et les performances de l'ensemble de l'installation. Les appareils de commutation électriques sans contact ne présentent pas ces inconvénients.

Contacteur unipolaire thyristor

Pour activer le contacteur et alimenter la charge en tension, les contacts K doivent être fermés dans le circuit de commande des thyristors VS1 et VS2. Si, à ce moment, il existe un potentiel positif à la borne 1 (alternance positive d'une sinusoïde alternative), l'électrode de commande du thyristor VS1 sera alimentée via la résistance R1 et la tension positive de la diode VD1. Le thyristor VS1 s'ouvrira et le courant circulera dans la charge Rn. Lorsque vous changez la polarité de la tension du secteur, le thyristor VS2 s'ouvre et la charge est connectée au secteur. Lorsqu'ils sont déconnectés par les contacts K, les circuits d'électrode de commande s'ouvrent, les thyristors se ferment et la charge est déconnectée du réseau.

Circuit électrique pour contacteur unipolaire

Démarreurs thyristors sans contact

Des démarreurs triphasés à thyristors de la série PT ont été développés pour allumer, éteindre et inverser les circuits de commande de moteurs électriques asynchrones. L'actionneur tripolaire du circuit comporte six thyristors VS1,..., VS6 connectés à deux thyristors pour chaque pôle. Le démarreur est activé à l’aide des touches de commande SB1 «Start» et SB2 «Stop».

Démarreur tripolaire sans contact sur les thyristors de la série PT

Le circuit du démarreur à thyristor assure la protection du moteur contre les surcharges, à cet effet, les transformateurs de courant TA1 et TA2 sont installés dans la partie puissance du circuit, dont les enroulements secondaires sont inclus dans le calculateur à thyristor.

Qu'est-ce qu'un démarreur sans contact?

Les démarreurs à thyristors sans contact sont utilisés pour la commutation en toute sécurité de moteurs triphasés, d'entraînements de pompes puissantes, de convoyeurs, de ventilateurs, de compresseurs et d'autres équipements alimentés en 380 volts. Aujourd'hui, ils sont largement utilisés dans de nombreuses industries, telles que: l'ingénierie, la métallurgie, les matériaux de construction, l'agriculture et bien d'autres.

Les démarreurs incluent à la fois le schéma standard et l’utilisation de contrôleurs qui donnent des signaux de contrôle, généralement avec une tension de 24 volts. Les démarreurs à thyristors peuvent fonctionner dans une large plage de température et d'humidité. Toutefois, l'environnement ne doit pas contenir de polluants conducteurs ni de substances agressives pouvant détruire le métal et l'isolation.

Les démarreurs sans contact sont réversibles et non réversibles. Ils fonctionnent sur la base de thyristors ou de clés triac capables de résister à des courants de plusieurs centaines d’ampères. Par exemple, un démarreur de 100 A peut facilement supporter une surcharge de courant triple pendant une demi-heure.

Le démarreur contient trois thyristors de puissance, connectés en anti-parallèle, des éléments de commande, ainsi que des indicateurs de mode de fonctionnement et des connecteurs pour la commutation de l'instrument dans le circuit de commande du moteur.

Le principe de fonctionnement du démarreur à thyristor est basé sur la commutation sans contact de circuits de moteurs au moyen de dispositifs à semi-conducteurs, utilisant un circuit de commande. La commutation a lieu au moment de la transition de la phase d'alimentation jusqu'à zéro, de sorte que le courant de surcharge dans le réseau était aussi faible que possible.

Lorsque vous cliquez sur le bouton "Démarrer", la tension d'alimentation est appliquée à la carte contrôleur et le signal d'ouverture est envoyé aux électrodes de commande des thyristors. lorsque la phase réseau passe à zéro, le moteur est connecté au réseau. Les voyants d’indication indiquent le mode de fonctionnement du démarreur.

Lorsque vous appuyez sur le bouton "Stop", les signaux des électrodes de commande des thyristors disparaissent au moment de la transition de la phase réseau à zéro et le moteur est arrêté. Étant donné que le contrôleur surveille la transition par zéro, il y a un léger retard lorsque les thyristors sont éteints.

Les caractéristiques distinctives des démarreurs à thyristors sans contact sont les suivantes. Une tension de sécurité de 24 volts est utilisée pour alimenter le circuit de commande. L'utilisation de semi-conducteurs et de pilotes optiques assure une isolation galvanique complète de la partie puissance du démarreur par rapport au circuit de commande, ce qui est sûr. La carte de commande peut facilement démarrer l'inverse du moteur, éteignant qualitativement le processus de transition pendant un court délai, ce qui permettra au moteur de gagner du temps et prolongera sa durée de vie plusieurs fois. Dans le même temps, les démarreurs eux-mêmes sont très durables, encore une fois grâce au système de contrôle «intelligent».

Avant de mettre en marche le démarreur dans le circuit conformément au schéma requis, vérifiez la conformité des paramètres de réseau, des paramètres du moteur et des caractéristiques techniques du démarreur avec sa puissance nominale. L'ensemble avec les démarreurs comprend les conducteurs de connexion.

Pendant le fonctionnement, il est nécessaire de nettoyer périodiquement le contact et les autres surfaces ouvertes de la poussière et d'autres contaminants susceptibles de perturber le fonctionnement du démarreur et de l'ensemble du circuit. Malgré la présence d'une isolation galvanique des circuits de commande, le disjoncteur du groupe ou des automates individuels doit être inclus dans le circuit d'alimentation du démarreur, permettant ainsi une déconnexion d'urgence du circuit d'alimentation.

Forum des radioamateurs de Kaliningrad

Relais électronique (démarreur sans contact)

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 19 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
omron 19 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 20 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 20 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 20 janvier 2011

Les opto-thyristors, s’il y en a, vous pouvez le dire, ou mettre la relookka moins bruyante, seulement probablement à la bobine de votre bâton pour les pauses 220v, le faible bruit est habituellement sur les autres sources, vous devez donc être intelligent.

Eh bien, oui, démarreur 220V. Ok, nous allons chercher. ))) Peut-être que cela vient d’échouer, quelques personnes ont déjà vu comment de tels systèmes fonctionnent si difficilement audibles.

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 20 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
omron 20 janvier 2011

"lors du fonctionnement à long terme du relais dans les modes nominal et surtout" lourd "(avec une commutation à long terme des courants supérieurs à 5 A), l'utilisation de radiateurs est requise." Aussi peu approprié, on obtient un minimum de 10.
Peut-être y a-t-il d'autres moyens.

Si difficile de trouver une plaque en aluminium ou un coin de radiateur?
Les Biélorusses disent: "Gypsy" dans une "hutte incendiée".

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 20 janvier 2011

"lors du fonctionnement à long terme du relais dans les modes nominal et surtout" lourd "(avec une commutation à long terme des courants supérieurs à 5 A), l'utilisation de radiateurs est requise." Aussi peu approprié, on obtient un minimum de 10.
Peut-être y a-t-il d'autres moyens.

Si difficile de trouver une plaque en aluminium ou un coin de radiateur?
Les Biélorusses disent: "Gypsy" dans une "hutte incendiée".

Fait intéressant, et lope vaut tellement tsatska? Y a-t-il des phases 3?

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 21 janvier 2011

ou si vous recherchez des détails sur ce circuit, il existe un triac TC2-80-7. 80 ampères 700 volts.
Il peut être mis un, au lieu de deux thyristors. C'est à dire la moitié du régime à jeter. Je peux donner cela moi-même de Svetly

Je suis d'accord pour ramasser avec le régime)))))))

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 21 janvier 2011

"lors du fonctionnement à long terme du relais dans les modes nominal et surtout" lourd "(avec une commutation à long terme des courants supérieurs à 5 A), l'utilisation de radiateurs est requise." Aussi peu approprié, on obtient un minimum de 10.
Peut-être y a-t-il d'autres moyens.

Si difficile de trouver une plaque en aluminium ou un coin de radiateur?
Les Biélorusses disent: "Gypsy" dans une "hutte incendiée".

Oui, le courant est plus important et les radiateurs ne sont pas nécessaires, mais le prix., nous aimons pas cher et en colère!

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 21 janvier 2011

"lors du fonctionnement à long terme du relais dans les modes nominal et surtout" lourd "(avec une commutation à long terme des courants supérieurs à 5 A), l'utilisation de radiateurs est requise." Aussi peu approprié, on obtient un minimum de 10.
Peut-être y a-t-il d'autres moyens.

Si difficile de trouver une plaque en aluminium ou un coin de radiateur?
Les Biélorusses disent: "Gypsy" dans une "hutte incendiée".

Fait intéressant, et lope vaut tellement tsatska? Y a-t-il des phases 3?

Ici, http://www.insat.ru/products/?category=1085, il existe des descriptions de produits. Et ici: http://www.platan.ru/cgi-bin/qwery.pl/id=497878963group=31501
Pas satisfait du prix (pas très vrai), si je comprends bien (relais) encore besoin d’un circuit de contrôle.

  • Comme
  • N'aime pas
omron 21 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 21 janvier 2011

http://www.elwiki.ru/wiki/upravlenie-tiristorami-simistorami
SA1 VOTRE thermocontact, nous verserons les thyristors dans ko15aa.

Merci beaucoup pour tout, maintenant c’est juste une question d’information. Comment pouvons-nous nous rencontrer? Pouvez-vous laisser un numéro de téléphone dans un numéro personnel?

  • Comme
  • N'aime pas
ra2fcz 21 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
omron 21 janvier 2011

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 22 janvier 2011

Les thyristors n'aiment pas les charges inductives (moteurs et autres bobines).

Bla, bla, bla. Et les Omrons l'aiment. Ces corps solides, les mêmes triacs, ne sont emballés que dans une belle boîte, eh bien, shemku y contrôler avec des optocoupleurs.
Pour que le triac (thyristor) tombe amoureux de la charge inductive, nous avons simplement besoin d'éléments supplémentaires, de varistances, de condensateurs et de selfs, comme cela a été fait dans un relais à semi-conducteurs.

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 22 janvier 2011

La seule chose que je ne sais pas, c’est la manière dont le chauffage a lieu. En fait, il ya 2 contacts entre eux, l’eau, le chauffage provient de l’influence du courant électrique. Ces systèmes fonctionneront normalement dans de telles conditions..

Publié dans PM.

  • Comme
  • N'aime pas
omron 22 janvier 2011

Les thyristors n'aiment pas les charges inductives (moteurs et autres bobines).

Bla, bla, bla. Et les Omrons l'aiment. Ces corps solides, les mêmes triacs, ne sont emballés que dans une belle boîte, eh bien, shemku y contrôler avec des optocoupleurs.
Pour que le triac (thyristor) tombe amoureux de la charge inductive, nous avons simplement besoin d'éléments supplémentaires, de varistances, de condensateurs et de selfs, comme cela a été fait dans un relais à semi-conducteurs.

Cher théoricien, vous étouffez 20A dans un relais à semi-conducteurs lorsque vous voyez (et pas seulement sur la ferrite des interférences RF), ne me montrez pas compétent.

  • Comme
  • N'aime pas
xfly 22 janvier 2011

Les thyristors n'aiment pas les charges inductives (moteurs et autres bobines).

Bla, bla, bla. Et les Omrons l'aiment. Ces corps solides, les mêmes triacs, ne sont emballés que dans une belle boîte, eh bien, shemku y contrôler avec des optocoupleurs.
Pour que le triac (thyristor) tombe amoureux de la charge inductive, nous avons simplement besoin d'éléments supplémentaires, de varistances, de condensateurs et de selfs, comme cela a été fait dans un relais à semi-conducteurs.

Cher théoricien, vous étouffez 20A dans un relais à semi-conducteurs lorsque vous voyez (et pas seulement sur la ferrite des interférences RF), ne me montrez pas compétent.

Et je suis plus un praticien qu'un théoricien. Des solutions peuvent être définies. Vous pouvez faire sans une manette des gaz, n'est pas le point. L'essentiel est de ne pas induire les gens en erreur. Il était plus correct de dire que pour contrôler la charge inductive des thyristors, vous devez fournir des solutions de circuit spéciales vous permettant de contrôler ce type de charge.

Démarreur sans contact faites-le vous-même

Ou connectez-vous en utilisant ces services.

  • Nouveaux sujets de forum
  • Toutes les activités
  • Accueil
  • Question-réponse. Pour les débutants
  • Donnez le régime!
  • Circuit thyristor

Annonces

A lire avant de créer un sujet! 10/26/2016

Publié par andpuxa66, le 30 juillet 2010

19 messages dans ce fil

Votre message doit être vérifié par un modérateur.

Démarreur à thyristor - Appareils électriques

Entrées thyristors

1) l'étude des circuits de commande des départs-thyristors;

2) étude des modes de fonctionnement des démarreurs à thyristors.

1. Vous familiariser avec le principe de fonctionnement et le dispositif d'un démarreur monophasé à thyristor PBR-2M (fig. 4.10) et d'un démarreur triphasé à thyristor PBR-3A (fig. 4.11).

2. Étudier le fonctionnement des démarreurs à thyristors PIR-2M et PBR-3A lors du contrôle de moteurs électriques dans les modes de démarrage, d'inversion et d'arrêt.

L'ordre de travail:

1. Étudier la conception et le principe de fonctionnement du démarreur monophasé à thyristors PBR-2M et du démarreur triphasé PBR-3A.

2. Étudiez les modes de fonctionnement des démarreurs à thyristors:

a) assembler le circuit de commande d'un démarreur monophasé à thyristor PBR-2M selon la description technique et les fig. 4.13, pour démarrer, inverser et arrêter le moteur;

b) montez le circuit de commande du démarreur triphasé à thyristor PBR-3A conformément à la description technique et aux fig. 4.14, pour démarrer, inverser et arrêter le moteur.

Fig. 4.12. Circuits de commande à thyristor

Fig. 4.13. Circuit électrique pour connecter le démarreur à thyristor PCR-2M à un moteur électrique monophasé

Fig. 4.14. Circuit électrique pour connecter le démarreur à thyristor PCR-3A à un moteur électrique triphasé.

QUESTIONS DE CONTRÔLE:

1. Expliquer le principe de fonctionnement et de fonctionnement des principaux éléments du circuit de contrôle et la protection du démarreur triphasé à thyristor PBR-3A.

2. Quelle est la différence entre le travail d’un démarreur réversible monophasé sans contact PBR-2M et d’un démarreur triphasé PBR-3A?

3. Caractéristiques des démarreurs à thyristors en courant continu.

4. Possibilités de régulation de la tension lors de l’utilisation de démarreurs à thyristors.

5. Quels sont les avantages et les inconvénients d'un démarreur à thyristor par rapport à un démarreur à contact?

Date: 2015-09-24; vue: 511; Violation du droit d'auteur

Contacteurs et démarreurs sans contact basés sur des éléments à thyristors.

Informations générales Sur la base des thyristors, il est possible d'effectuer les opérations suivantes:

1) allumer et éteindre le circuit électrique avec une charge active et mixte (inductive et capacitive);

2) changer le courant de charge en contrôlant la durée du signal de commande.

Les dispositifs les plus utilisés dans les appareils électriques sans contact sont les contrôles de phase et de largeur d'impulsion (Fig. 1).

Dans le premier cas, les valeurs moyennes et effectives du courant changent en raison du changement du moment où le signal d'ouverture est fourni au thyristor - en raison de l'angle. L'angle s'appelle l'angle de contrôle. Tension réelle sur la charge avec circuit alternatif et commutation parallèle à parallèle de deux thyristors (Fig. 2)

où es-tut- amplitude de la tension d'alimentation; Uc, Umais- valeurs actuelles et moyennes de la tension d'alimentation; y est l'angle de régulation.

Fig. 1. Tension sur la charge en phase (a), phase avec commutation forcée (b) et contrôle de largeur d'impulsion (c)

Fig. 2. Commutation contre-parallèle des thyristors (a) et de la forme du courant avec la charge active (b)

La courbe de courant dans le réseau et dans la charge n'est pas sinusoïdale, ce qui provoque une distorsion de la forme de la tension du réseau et des perturbations dans le travail des consommateurs sensibles aux perturbations haute fréquence. Des mesures spéciales sont nécessaires pour réduire ces distorsions.

Avec commande de largeur d'impulsion (Fig. 1, c) pendant le temps Touvrir un signal d'ouverture est appliqué aux thyristors, ils sont ouverts et une tension U est appliquée à la chargeH. Pendant le temps tfermé le signal de contrôle est supprimé et les thyristors sont fermés. La valeur actuelle du courant dans la charge

où est le courant de charge à Tfermé= 0

La régulation du courant de charge est possible en modifiant à la fois l'angle et l'angle. Commutation forcée (Uéchantillonnage, la résistance de la diode Zener chute brusquement, le courant dans la base VT1 augmente et elle devient saturée. Le courant dans la diode Zener est limité par la résistance R2 à une valeur acceptable. Si l’inégalité des cycles est restaurée).

3. Protection parfaite contre les surcharges et les courants de court-circuit, ainsi que les pertes de phase, qui augmentent la durée de vie des moteurs.

4. Le nombre d'inclusions autorisé atteint 2000 par heure.

5. La durée d'arrêt ne dépasse pas 0,02 s.

6. Fiabilité et durabilité élevées, sans besoin d'entretien.

Les inconvénients du démarreur à thyristor sont la complexité du circuit, sa taille importante et son coût élevé. Malgré ces inconvénients, les démarreurs sans contact sont largement utilisés dans les industries des explosifs et des produits inflammables et dans d’autres domaines de la technologie qui exigent une grande fiabilité.

Comment assembler le démarreur sur des teristors de haute puissance?

Actionneur triphasé DM-3R sans contact

DM-3R-80A
Module de commande de moteur asynchrone triphasé jusqu'à 8 kW.
Le module vous permet d'allumer et d'éteindre le moteur avec des circuits à faible courant.
Courant de commande du module - 10-20mA

Le module vous permet d'inverser le moteur.
Le module remplace deux démarreurs mécaniques triphasés.

Habituellement, les circuits de commande du moteur utilisent des actionneurs mécaniques classiques tels que PM, PMA, PML. Mais l'utilisation de démarreurs sans contact présente plusieurs avantages:
- la durée de fonctionnement accrue
- non sujet à la contamination des contacts
- pas d'arc
- pas de contacts de rebond

Comme un moins de ce produit peut être noté, sauf le prix.

Mais si le démarreur de votre circuit fonctionne avec plusieurs dispositifs marche / arrêt fréquents, la décision d'utiliser des démarreurs sans contact sera rentabilisée assez rapidement.

Si votre circuit nécessite une commutation de courant élevé, vous pouvez utiliser un type différent de démarreur sans contact.

Le démarreur peut commuter:
- spirales dans le four, nichrome ou autres.
- moteurs électriques jusqu'à 160 kW
- éclairage de magasin ou de rue
- n'importe quelle charge jusqu'à 160kW

Peut-être qu'en utilisant un contacteur similaire, vous serez intéressé par nos autres produits pour l'automatisation industrielle.

Interrupteurs à thyristor

Les thyristors sont principalement utilisés pour la commutation de circuits d'alimentation en courant alternatif. Ils sont capables de faire passer des courants importants avec une faible chute de tension, de s’allumer relativement simplement en appliquant une impulsion de commande de faible puissance à l’électrode de commande. Dans le même temps, leur principal inconvénient - la difficulté d’extinction - dans les circuits de courant alternatif ne joue aucun rôle, car le courant alternatif passe nécessairement par zéro deux fois par période, ce qui assure l’arrêt automatique du thyristor.

Un schéma d'un élément de commutation à thyristor monophasé est présenté à la Fig. 9.1.9. Les impulsions de commande sont formées à partir des tensions d'anode du thyristor. Si, à l'anode du thyristor VS1, il existe une tension demi-onde positive, alors, lorsque le contact K est fermé, une impulsion du courant de commande du thyristor VS1 traverse la diode VD1 et la résistance R. En conséquence, le thyristor VS1 s'allume, la tension de l'anode tombe à presque zéro, le signal de commande disparaît, mais le thyristor reste dans un état conducteur jusqu'à la fin de la demi-période jusqu'à ce que le courant de l'anode passe à zéro. Dans l'autre demi-période, avec la polarité opposée de la tension du secteur, le thyristor VS2 est activé de la même manière. Tant que le contact K est fermé, les thyristors s'allument automatiquement en alternance, assurant ainsi le passage du courant de la source à la charge.

Contacteurs (démarreurs) Les éléments à thyristors (Fig. 9.1.9) constituent la base des contacteurs monophasés et triphasés. Sur la fig. 9.1.10 à titre d'exemple, un schéma d'un démarreur inverseur pour moteurs asynchrones est présenté. Les éléments de commutation de puissance sont les thyristors VS1 - VS10, qui sont ouverts par les contacts K11, K12, K13 du relais K1 (avant) ou les contacts K21, K22, K23 du relais K2 (arrière). Les transformateurs de courant TA1 et TA2 fournissent un signal de surcharge à l'unité de protection GZ qui, agissant sur la base du transistor VT, coupe l'alimentation des relais K1 et K2 et met ainsi le démarreur hors tension.

Les stations de commande à thyristors pour entraînements électriques asynchrones non régulés d'une capacité allant jusqu'à 100 kW du type TSU sont agencées de la même manière. Les stations effectuent des opérations de démarrage, d'arrêt, de freinage dynamique et d'inversion du moteur.

L'utilisation de thyristors en tant qu'appareils sans contact à courant continu est difficile en raison du problème de déconnexion. Si enchaîné

Les thyristors à courant alternatif s’allument automatiquement lorsque le courant passe par zéro, puis dans les circuits CC, il est nécessaire d’appliquer des mesures spéciales pour réduire de force le courant du thyristor à zéro, c’est-à-dire pour effectuer une commutation forcée ainsi forcée du courant du thyristor. Il existe de nombreux types de schémas de commutation forcée. La plupart d'entre eux contiennent des condensateurs de commutation qui, au bon moment, à l'aide de thyristors auxiliaires, sont introduits dans le circuit principal du thyristor et comprennent

Fig. 9.1.9. Circuit de l'élément de commutation à thyristor monophasé

Sur la fig. 9.1.11 décrit l'un des schémas de commutation forcée. Lorsqu'une impulsion de commande est appliquée au thyristor de puissance VS, le circuit de charge Rn est activé (le courant traversant le thyristor iT égal à la somme des courants de charge iH et à travers le condensateur iAvec), le condensateur de commutation C est chargé à la tension de la source U. La polarité de la tension etavecmontré à la fig. 9.1.11, a. Le circuit est prêt à être déconnecté et si, à l’heure t1, appliquez une impulsion de commande au thyristor auxiliaire VSB, alors le condensateur C sera allumé

Fig. 9.1.10. Circuit de démarrage non inverseur

parallèlement au thyristor VS, le courant de charge sera transféré du thyristor VS au condensateur C et le thyristor VS s’éteindra. Sous l'action de la source EMF, le condensateur sera rechargé. Tension du condensateur etavecchangera dans le processus de recharge de - U à + U (Fig. 9.1.11, b), et le courant ictomber progressivement à zéro. Load Rн sera déconnecté de la source. Si maintenant encore à l'heure t2allumez la charge R, ouvrez le thyristor VS, puis le condensateur C sera chargé à la tension - U et le circuit sera prêt pour une déconnexion répétée.

Ainsi, éteindre un thyristor en courant continu est plus difficile qu'en courant alternatif. Ce problème ne sera finalement résolu qu'après

Fig. 9.1.11. Circuit de disjoncteur à thyristor à courant continu (a) et son schéma de fonctionnement (b)

Fig. 9.1.12. Circuit du détecteur de proximité Fig. 9.1.13. Forme d'onde de courant de court-circuit

la création de thyristors puissants et entièrement contrôlés pouvant se verrouiller uniquement lorsqu'ils sont exposés au circuit de commande.

Commutateurs automatiques Sur la base des éléments à thyristors (voir Fig. 9.1.9), les commutateurs automatiques sans contact de la série BA81 fonctionnent pour des courants inférieurs à 1000 A. Ils sont conçus pour protéger les installations électriques dans les réseaux 380/660 V AC avec une fréquence de 50 - 60 Hz en cas de surcharge courts-circuits, ainsi que pour la commutation avec une fréquence de commutation différente. Ces commutateurs utilisent un arrêt forcé des thyristors utilisant un circuit de commutation forcé (Fig.

9.1.12). Le thyristor primaire VS1 de la série T-160 est commandé par des impulsions d'un générateur haute fréquence (non représenté sur la figure). Le thyristor VS1 est éteint par décharge du condensateur C à travers le thyristor de commutation VS2. Ce dernier est mis sous tension à partir de la tension du condensateur de commutation C via un thyristor VS3 de faible puissance,

ce qui assure une réduction du circuit de contrôle de puissance. Le condensateur C est chargé à partir de la tension du secteur via un transformateur et une diode VD1. Chaque interrupteur est constitué de trois blocs d'alimentation avec des thyristors principaux connectés en parallèle les uns aux autres.

Grâce à l'utilisation de thyristors à commutation forcée, la protection contre les courts-circuits est assurée avec la limite de courant en cours d'arrêt. Sur la fig. 9.1.13 montre un oscillogramme de l’arrêt du courant de court-circuit par un interrupteur à thyristor. La courbe 1 montre une augmentation du courant de court-circuit en l'absence de protection et la courbe 2 - lorsque le thyristor est désactivé par un circuit de commutation forcé. Comme on peut le voir sur la figure, dans ce cas, l'augmentation du courant de court-circuit est interrompue et le courant maximal imax n’est pas supérieur à 0,02 - 0,05 courant de court-circuit.

Sortie des appareils (relais intermédiaire). Schémas de la Fig. 9.1.9 sont largement utilisés en tant que dispositifs de commutation de circuits de commande de dispositifs exécutifs (démarreurs, contacteurs, électroaimants, couplages, etc.). Les dispositifs sans contact de sortie UVB-11, par exemple, sont conçus pour amplifier les signaux de commande de sortie des dispositifs logiques et pour commuter les circuits de charge CA et CC. Ils sont conçus pour commuter des circuits alternatifs jusqu’à 6 A et des tensions jusqu’à 380 V, des circuits à courant continu jusqu’à 4 A et 220 V.

Sur la fig. 9.1.14 est un schéma de l'amplificateur UVB-11-19-3721, conçu pour la commutation de circuits alternatifs. Un simistor VS2 TC2-25, shunté avec une varistance R pour la protection, est utilisé comme élément de commutation. surtension. Le triac est mis en marche en connectant son électrode de commande à l’une des bornes d’alimentation en mettant en contact un interrupteur Reed K. Ce relais réalise simultanément une isolation galvanique des circuits d’entrée et de sortie. Éteindre le seimistor

Démarreur à thyristors, assembler le démarreur à partir des thyristors T161

9.1.14. Amplificateur UVB-11-19-3721: a - symbole; b - schéma fonctionnel

lorsque le contact K est ouvert, il se produit spontanément à la première transition du courant de charge jusqu'à zéro.

Pour que le circuit soit contrôlé par des signaux logiques provenant d’autres éléments, il est prévu une cascade d’appariement sur un CI de type K511LI1, dont la sortie est connectée à l’enroulement d’un commutateur Reed K.

Dans les amplificateurs conçus pour la commutation de circuits de charge

En courant continu, cette commutation est effectuée par un thyristor, qui est désactivé en utilisant un circuit de commutation forcé, c'est-à-dire en déchargeant un condensateur chargé au préalable dans le thyristor.

CONFÉRENCE № 30

9.2. Microprocesseurs et machines à commande électronique

9.2.1. Informations générales

9.2.2. Schéma fonctionnel de l'ordinateur.

9.2.3. Dispositifs électroniques et à microprocesseurs, leur classification et

phénomènes physiques en eux.

9.2.4 Circuit de contrôle du fonctionnement d'un moteur permanent

courant à l'aide d'un microprocesseur.

Informations générales

Actuellement, afin d’améliorer les caractéristiques techniques, d’accroître la fiabilité et de réduire le temps d’installation, des dispositifs de contrôle et de régulation automatiques de l’entraînement électrique sont conçus sous la forme de postes de contrôle complets. Ces stations sont conçues selon des schémas standard et sont assemblées en usine à l’aide des équipements les plus performants, ce qui entraîne une réduction de l’intensité matérielle et de l’intensité de travail, et vous permet de présenter rapidement les dernières avancées de la science et de la technologie. Les LCP sont créés sur la base de dispositifs électromagnétiques traditionnels (automates, démarreurs, contacteurs, relais) ou d'éléments discrets à semi-conducteurs, ou sur le partage de ceux-ci et d'autres produits. Pour KSU se caractérise par une séquence fixe de toutes les opérations fonctionnelles. Toute modification de la tâche fonctionnelle définie précédemment nécessite le remontage du concept de LCP et son ajustement ultérieur, qui est associé au coût du travail et du temps supplémentaires. Par conséquent, les systèmes de contrôle programmé de machines-outils, de robots et de processus technologiques actuellement créés nécessitent un programme de contrôle facilement modifiable.

Le développement de la technologie des semi-conducteurs a conduit à la création de grands

Fig. 9.2.1. Schéma fonctionnel de l'ordinateur

circuits intégrés (LSI) avec un très haut degré d'intégration. Les LSI sur une seule puce comportent plusieurs dizaines de milliers d'éléments et sont capables de mettre en œuvre les fonctions de contrôle les plus complexes. L’utilisation de LSI en complète

Les dispositifs de contrôle automatique créent des possibilités extrêmement larges de modification flexible de leurs programmes, de réduction des dimensions, d’augmentation de la fiabilité et de la durabilité. Des microprocesseurs LSI sont créés.

Date d'ajout: 2017-05-02; Vues: 2548;

Articles connexes:

CONTACTEURS THYRISTOR AC

Pour la commutation de circuits d'alimentation en courant alternatif, de nombreux types d'appareils électriques ont été développés: disjoncteurs, contacteurs électromagnétiques:

etc. La plupart d'entre eux sont basés sur l'interaction mécanique d'assemblages individuels et de pièces. La présence de pièces et composants mobiles détermine l’inertie des processus de fermeture et d’ouverture des contacts électriques. En règle générale, le temps d'activation et de désactivation de tels dispositifs est compris dans l'intervalle de dixièmes à centièmes de seconde, en fonction du type d'appareil de commutation.

Les éléments clés des semi-conducteurs peuvent augmenter considérablement la vitesse des dispositifs de commutation. À cette fin, un certain nombre de circuits, appelés dispositifs de commutation sans contact, sont principalement fabriqués à base de thyristors. Dans la littérature, de tels dispositifs sont souvent appelés contacteurs à thyristors. L'absence de pièces mobiles et de connexions de contact métalliques rend ces dispositifs beaucoup plus fiables et rapides. De plus, comme tous les circuits comportant des dispositifs à semi-conducteurs, ils ont une longue durée de vie.

Dans la version la plus simple, la partie puissance d'un contacteur à thyristor monophasé est constituée de deux thyristors montés en parallèle (Fig. 1a) ou d'un thyristor symétrique. Si les thyristors conduisent du courant, le contacteur est activé. Si les thyristors ne conduisent pas de courant, le contacteur est désactivé. Puisque le courant est alternatif, alors une demi-onde de courant est conduite par le thyristor VS1, et l'autre est le thyristor VS2.

La différence entre eux réside dans la loi du contrôle de thyristor. Dans le régulateur, les impulsions de commande envoyées aux thyristors proviennent d’angles différents de la commande a, et dans le contacteur de telle sorte que chaque thyristor conduit un ou plusieurs demi-courants complets de courant ou que les deux thyristors sont désactivés.

Le thyristor étant un élément de commande non verrouillable, il est nécessaire de s'assurer que le courant tombe à zéro pour le désactiver. Si le contacteur est inclus dans le circuit avec la résistance active ZH = RH(Fig. 1 a), les moments de passage par zéro du courant et de la tension coïncident. Avec une charge inductive active, le courant est en retard par rapport à la tension, le passage du courant d'un thyristor à un autre se produit plus tard sous un angle jn, qui est déterminé par le facteur de puissance de la charge (Fig. 1 b). Pour éteindre le thyristor avant le passage du zéro du courant du circuit commuté, il est nécessaire d'appliquer une commutation artificielle des thyristors.

Selon que les thyristors sont désactivés sous l'influence de la réduction naturelle du courant alternatif à zéro ou par leur commutation artificielle, il existe des contacteurs à thyristor à commutation naturelle (TKE) et artificielle (TKI). Pour éteindre le TKE, il suffit d’arrêter le flux d’impulsions de commande vers les thyristors. Dans ce cas, le temps maximum d'arrêt du thyristor ne dépassera pas la moitié de la période de la tension de sortie. Par exemple, si vous arrêtez l'alimentation des impulsions de commande au moment de l'allumage du thyristor suivant, il effectuera une demi-onde de courant, c'est-à-dire pour 180 °, et l'autre thyristor ne pourra pas s'allumer du fait de l'absence d'impulsion de commande.

Si vous avez besoin d’un temps d’arrêt inférieur à la moitié de la période de la tension de sortie, utilisez un TKI. Cependant, dans ce cas, le problème se pose de la suppression de l'énergie stockée dans les inductances de la charge, lorsque le circuit est hors tension, ce qui connecte la source d'électricité à la charge. Cela est dû au fait que, selon les lois fondamentales de la commutation, le courant dans l'inductance ne peut pas changer brusquement. Par conséquent, plus la déconnexion du circuit contenant l’inductance avec un courant non nul est rapide, plus le dispositif de déconnexion sera soumis à une surtension. Ces surtensions résultent de l'induction de l'EMF dans l'inductance, ce qui empêche toute modification de la valeur du courant de charge. Pour éliminer les surtensions (dangereuses pour les éléments de l'appareil de commutation), dans le cas d'une application TKI, il convient de prévoir la possibilité de transférer ou de décharger l'énergie stockée dans les inductances de charge vers tout récepteur ou dispositif de stockage d'énergie électrique. En particulier, un tel récepteur peut être un condensateur ou une source de courant alternatif capable de recevoir de l'énergie électrique.

Sur la fig. 2a, un circuit TKI est présenté, dans lequel les thyristors principaux sont éteints VS1, VS2 réalisé à l'aide d'un circuit oscillant dont les éléments sont un condensateur CK et réacteur LK. De tels circuits dans la littérature sont parfois appelés circuits de commutation en parallèle. Lorsque le TKI est activé, le courant de charge circule pendant une demi-période à travers le thyristor VS1 et diode VD1; et dans l'autre à travers le thyristor VS2 et diode VD2. Condensateur de commutation Cà chargé par le transformateur auxiliaire de faible puissance Tp avec la polarité indiquée à la fig. 2 et est séparé des thyristors principaux et des diodes par un thyristor de commutation VSK.

Pour éteindre les thyristors principaux, vous devez appliquer une impulsion de commande au thyristor de commutation VSK. Dans ce cas, suite à la décharge du condensateur Cà un courant i se produit dans le circuit oscillantK, qui passera à travers ce thyristor principal, qui à ce moment conduit un courant, et sera dirigé vers ce courant. Par exemple, supposons que le courant de charge soit conduit par un thyristor VS1. Quand vous allumez le thyristor VSK à travers le thyristor1 la différence de courant de charge commence à s'écoulerH et contour iK.

Tant que le courant iK moins de courant iH, thyristor VS1 sera allumé, et la diode VD2 éteint, car une tension inverse lui est appliquée, en raison de la chute de tension sur le thyristor VS1.

Démarreurs à thyristors - Equipements électriques et automatisation des unités agricoles

En cas d'égalité des courants iH et moiK thyristor VS1 éteint, courant iK continue à augmenter, la différence actuelle iK et moiH passera à travers la diode VD. Sur l'intervalle de conduction de la diode VD2 au thyristor VS1 une tension inverse égale à la chute de tension à travers la diode VD sera appliquée2. Quand courant jeK deviendra moins courant iH, diode VD2 éteint et le courant de charge iH la diode VD commence à couler le long du contour3 - condensateur CK - réacteur LK - VS thyristorK - diode VD1 - charge - source - diode VD3. Dans ce cas, le condensateur C se rechargera.K courant de charge iH et l'énergie stockée dans l'inductance de la charge sera transférée au condensateur CK. Cette situation oblige à surestimer considérablement la capacité installée ou à introduire des dispositifs supplémentaires absorbant l’énergie dans le circuit.

La vitesse du TCI considéré, lorsqu'elle est utilisée pour la commutation de circuits avec des charges résistives, est pratiquement limitée au temps de désactivation des thyristors (généralement des dizaines de microsecondes). Cependant, avec une charge inductive active, ce temps augmente et dépend des paramètres du circuit et de la charge.

Le nombre de thyristors principaux dans ce TKI peut être réduit à un, comme indiqué sur la Fig. 2 b. Dans ce cas, la gestion de TKI est simplifiée, mais dans le même temps, les pertes dans le circuit augmentent. Ce dernier s'explique par le fait que, lorsque le TKI est activé, le courant de charge à chaque instant s'écoule à travers trois éléments: deux diodes et un thyristor. En général, les processus des deux systèmes sont similaires.

Dans les systèmes multiphases, les contacteurs statiques sont généralement installés séparément pour chaque phase. Cependant, certaines unités fonctionnelles des contacteurs de phase peuvent être combinées de manière schématique et structurelle.

Il existe de nombreux schémas différents pour les contacteurs à semi-conducteurs, qui diffèrent par le principe de fonctionnement et la base de l'élément. La plupart d'entre eux présentent des avantages significatifs par rapport à la vitesse, à la fiabilité et à la durée de vie, par rapport aux dispositifs électromécaniques, et disposent parfois de meilleurs poids et indicateurs de poids. Il convient toutefois de noter que tous les contacteurs à semi-conducteurs présentent un inconvénient commun: l’impossibilité d’assurer une isolation galvanique complète des circuits commutés à l’état déconnecté. Cela est dû au fait que la résistance d'un dispositif à semi-conducteur entièrement éteint a toujours une valeur finie, tandis que les contacts mécaniques assurent en même temps une coupure complète du circuit.

Date d'ajout: 2015-06-27; Vues: 2009;

Actionneurs pour moteurs électriques asynchrones

Démarreurs sur les contacteurs électromagnétiques, leurs homologues sont des démarreurs sans contact sur les thyristors. Comparaison, examen des avantages et inconvénients de ceux-ci et d’autres.

Les appareils électriques conçus pour connecter des moteurs asynchrones triphasés directement au courant alternatif sont communément appelés démarreurs. Leur idée est de fournir une commutation automatique du circuit de puissance du moteur, rendant la commutation dans un réseau à faible courant.

Les démarreurs sur les contacteurs. Pour la très grande majorité des électriciens, un démarreur magnétique est nécessairement un type de contacteur à trois paires de contacts de puissance, plusieurs paires de contacts à faible courant non protégés par des chambres d'arc, ainsi qu'un boîtier, un circuit magnétique avec ancre mobile et, bien sûr, une bobine de commande.

L'algorithme de son fonctionnement est extrêmement simple: une tension d'alimentation est appliquée à la bobine, de sorte qu'elle attire l'armature sur le circuit magnétique avec des contacts mobiles qui s'appuient de manière fiable contre les contacts fixes.

Pour garantir le démarrage inversé de l’entraînement asynchrone, deux contacteurs de ce type sont utilisés, qui sont structurellement intégrés dans un démarreur inverseur. Lorsque vous activez l'une d'elles, l'ordre d'activation des «phases» est conditionnellement «direct» et, lorsque vous activez l'autre, l'inverse. La seule différence est que deux des trois "phases" sont inversées dans l'ordre inverse.

Avec l'activation simultanée des deux contacteurs du démarreur inverseur, un court-circuit interphasique court se produira sur leur groupe de contacts. Pour éviter cela, deux types de verrouillage sont utilisés dans les démarreurs inverseurs - électrique et mécanique.

Le blocage mécanique est que lorsque l'armature de l'un des contacteurs est tirée, l'autre ancre est bloquée par un élément coulissant avec un mécanisme de rappel. En raison de la complexité de l'appareil, le verrouillage mécanique est généralement utilisé uniquement dans les démarreurs inverseurs d'usine, réalisés dans un seul package.

Le verrouillage électrique est utilisé dans tous les systèmes d'inversion de démarreurs. Dans sa forme la plus générale, il s’agit de deux contacts normalement fermés, contrôlés par les bobines de démarrage. Chaque contact est situé dans le circuit de bobine de l'autre contacteur. Ainsi, le contacteur de l’une des directions ne peut être activé que si l’autre est désactivé et a fermé son contact de blocage.

Les actionneurs à entraînement asynchrone, implémentés sur des contacteurs, présentent des inconvénients importants. En fonctionnement, ils émettent des parasites et, dans une plus large mesure, plus les contacteurs utilisés sont puissants. D'autre part, les contacts de puissance des démarreurs sont continuellement exposés à l'arc électrique, malgré la présence de chambres d'arc.

Cela contribue à leur échec rapide. Lors de l'activation / désactivation des contacteurs, en particulier lorsque leur intensité nominale est élevée, des chocs et des vibrations se produisent, entraînant souvent un affaiblissement des contacts et des attaches mécaniques. Par conséquent, les actionneurs de contacteurs nécessitent un entretien systématique, une surveillance de l'état des ressorts, des contacts de dénudage et des joints boulonnés.

Démarreurs thyristors sans contact. En raison de ces inconvénients, certains experts en démarrage d’entraînements asynchrones préfèrent les dispositifs sans contact mis en œuvre sur des thyristors de puissance.

L'idée ne diffère pas non plus en termes de complexité accrue: une paire de thyristors contre-commutés constitue un pôle de puissance et transmet le courant dans les deux sens lors de l'application d'une tension redressée à leurs électrodes de commande. Trois paires similaires dans chaque «phase» du moteur constituent un démarreur prêt à l'emploi.

Les démarreurs à thyristors sans contact peuvent être unipolaires et tripolaires, réversibles et non réversibles. Si on le souhaite, dans un tel dispositif, il est possible de prévoir une protection contre la surcharge du moteur et d'autres types de protections traditionnelles.

Les avantages des démarreurs sans contact sont leur petite taille, leur fonctionnement silencieux et leur MTBF élevé. Les inconvénients peuvent être considérés comme un coût plus élevé et une facilité de maintenance faible par rapport à des dispositifs similaires sur des contacteurs.

Qu'est-ce qu'un démarreur magnétique et son schéma de câblage?

Tout d'abord, il est nécessaire de comprendre ce qu'est un dispositif de commutation et pourquoi il est requis. Puis faire face à la tâche de créer un circuit basé sur MP pour l'éclairage, le chauffage, le raccordement de pompes, compresseurs ou autres équipements électriques sera beaucoup plus facile.

Les contacteurs ou démarreurs magnétiques (MP) sont des équipements électriques conçus pour contrôler et distribuer l'énergie fournie au moteur électrique. La présence de cet appareil offre les avantages suivants:

  • Protège contre les courants de démarrage.
  • Dans un schéma bien conçu, des organes de protection sont fournis sous la forme de verrouillages électriques, de circuits à auto-détection, de relais thermiques, etc.

Les schémas de câblage des contacteurs sont assez simples, vous permettant d’assembler vous-même l’équipement.

But et appareil

Avant de vous connecter, vous devez connaître le principe de fonctionnement de l'appareil et ses fonctions. Inclut l'impulsion de commande du contacteur MP, qui provient du bouton de démarrage après avoir appuyé dessus. C'est ainsi que la tension d'alimentation est appliquée à la bobine. Selon le principe de l'auto-détection, le contacteur est maintenu en mode connexion. Ce processus consiste essentiellement à connecter en parallèle un contact supplémentaire au bouton de démarrage, qui organise l’alimentation en courant de la bobine, de sorte que la nécessité de maintenir le bouton de démarrage à l’état enfoncé disparaisse.

Avec l'équipement du bouton d'arrêt dans le circuit, il devient possible de couper le circuit de la bobine de commande, ce qui désactive le MP. Les boutons de commande de l'appareil s'appellent des boutons-poussoirs. Ils ont 2 paires de contacts. L'universalisation des éléments de contrôle est faite pour l'organisation de schémas possibles à inversion instantanée.

Les boutons sont étiquetés avec le nom et la couleur. En règle générale, les éléments inclusifs sont appelés «Démarrer», «Transférer» ou «Démarrer». Indiqué en vert, blanc ou autres couleurs neutres. Pour l'élément déclencheur, le nom "Stop" est utilisé, le bouton d'une couleur d'avertissement agressive, généralement rouge.

Lors de l'utilisation d'une bobine de 220 V, le circuit doit être commuté avec un neutre.Pour les variantes avec une bobine électromagnétique avec une tension de service de 380 V, le courant retiré de l'autre borne est appliqué au circuit de commande. Prend en charge le fonctionnement du réseau avec une tension alternative ou constante. Le principe du circuit est basé sur l'induction électromagnétique de la bobine utilisée avec des contacts auxiliaires et de travail.

Il existe deux types de MP avec des contacts:

  1. Normalement fermé - l'alimentation est déconnectée à la charge au moment où le démarreur se déclenche.
  2. Normalement ouvert - l’alimentation n’est fournie que pendant le fonctionnement du MP.

Le second type est utilisé plus largement, car la plupart des appareils fonctionnent pendant une période limitée, constituant le temps principal de repos.

La composition et le but des pièces

La conception du contacteur magnétique est basée sur le noyau magnétique et la bobine d'inductance. Le noyau magnétique est constitué d'éléments métalliques en forme de " divisés en 2 parties, qui se reflètent l'une l'autre et se trouvent à l'intérieur de la bobine. Leur partie centrale joue le rôle de noyau, amplifiant le courant d'induction.

Le noyau magnétique est équipé d'une partie supérieure mobile à contacts fixes, sur laquelle la charge est appliquée. Des contacts fixes sont fixés sur le boîtier MP sur lequel la tension d'alimentation est établie. À l'intérieur de la bobine, un ressort rigide est installé sur le noyau central, empêchant la connexion des contacts lorsque l'appareil est éteint. Dans cette position, la charge n'est pas sous tension.

Selon la conception, il existe des PM de petites valeurs nominales pour 110 V, 24 V ou 12 V, mais ils sont plus largement utilisés avec 380 V et 220 V. À la valeur du courant fourni, il existe 8 catégories de démarreurs: «0» - 6,3 A; "1" - 10 A; "2" - 25 A; "3" - 40 A; "4" - 63 A; "5" - 100 A; "6" - 160 A; "7" - 250 A.

Principe de fonctionnement

À l'état normal (déconnecté), l'ouverture des contacts du circuit magnétique est assurée par un ressort installé à l'intérieur, soulevant la partie supérieure de l'appareil. Lorsqu'il est connecté à un réseau MP, un courant électrique apparaît dans le circuit qui, en passant à travers les spires de la bobine, génère un champ magnétique. En raison de l’attraction des parties métalliques des noyaux, le ressort est comprimé, ce qui permet aux contacts de la partie mobile de se fermer. Après cela, le courant accède au moteur et le démarre.

IMPORTANT: pour le courant alternatif ou continu fourni au MP, il est nécessaire de respecter les valeurs nominales spécifiées par le fabricant! En règle générale, pour un courant constant, la valeur limite de la tension est de 440 V et pour une variable, elle ne doit pas dépasser 600 V.

Si le bouton «Stop» est enfoncé ou si le MP est mis hors tension d'une autre manière, la bobine cesse de générer un champ magnétique. De ce fait, le ressort pousse facilement la partie supérieure du circuit magnétique, en ouvrant les contacts, ce qui entraîne la cessation de l’alimentation.

Schéma de connexion du démarreur avec bobine 220 V

Pour connecter le MP utilise deux circuits distincts - signal et travail. Le fonctionnement de l'appareil est contrôlé par un circuit de signal. Le moyen le plus simple de les examiner séparément est de faciliter la gestion du principe d’organisation du système.

L'appareil est alimenté par les contacts placés dans la partie supérieure du boîtier. Ils sont désignés dans les schémas A1 et A2 (en exécution standard). Si l'appareil est conçu pour fonctionner sur un réseau avec une tension de 220 V, c'est sur ces contacts que cette tension sera appliquée. Il n'y a pas de différence fondamentale pour la connexion de la "phase" et du "zéro", mais la "phase" est généralement connectée au contact A2, car cette broche est dupliquée dans la partie inférieure du corps, ce qui facilite le processus de connexion.

Les contacts situés sur la face inférieure du boîtier et portant les noms L1, L2 et L3 sont utilisés pour alimenter la charge à partir de la source d'alimentation. Le type de courant importe peu, il peut être constant ou variable, l’important est de respecter la valeur limite de 220 V. La tension peut être supprimée des sorties avec la désignation T1, T2 et T3, qui peut être utilisée pour alimenter l’éolienne, la batterie et d’autres dispositifs.

Le schéma le plus simple

Lorsqu'il est connecté aux contacts de la partie mobile du cordon d'alimentation MP, suivi par une tension de 12 V de la batterie, aux sorties L1 et L3 et aux sorties T1 et T3 du circuit d'alimentation pour alimenter les dispositifs d'éclairage, un circuit simple est conçu pour éclairer la pièce Batterie Ce schéma est l'un des exemples possibles d'utilisation de la MP dans les besoins domestiques.

Les démarreurs magnétiques sont beaucoup plus utilisés pour alimenter un moteur électrique. Pour organiser ce processus, il faut appliquer une tension de 220 V aux sorties L1 et L3. La charge est retirée des contacts T1 et T3 de la tension de même valeur.

Ces systèmes ne sont pas équipés d’un déclencheur, c’est-à-dire lors de l'organisation des boutons n'est pas utilisé. Pour arrêter le fonctionnement de l'équipement connecté via le MP, il est nécessaire de débrancher la fiche du réseau. Lors de l'organisation d'un disjoncteur devant le démarreur magnétique, il est possible de contrôler le temps d'alimentation en courant sans qu'il soit nécessaire de déconnecter complètement le réseau. Il est permis d’améliorer le schéma avec quelques boutons: “Stop” et “Start”.

Schéma avec les boutons "Démarrer" et "Arrêter"

L'ajout de boutons de commande au circuit ne change que le circuit de signal, sans affecter le circuit d'alimentation. La conception générale du schéma subira des modifications mineures après de telles manipulations. Les éléments de contrôle peuvent être situés dans différents boîtiers ou dans un seul. Le système à un bloc s'appelle le «poste à bouton-poussoir». Pour chaque bouton, il y a une paire de sorties et d'entrées. Les contacts du bouton «Stop» sont normalement fermés, le bouton «Start» est normalement ouvert. Cela vous permet d’organiser l’alimentation en cliquant sur le second et de couper le circuit lorsque le second est lancé.

Avant le MP, ces boutons sont incorporés de manière séquentielle. Tout d'abord, il est nécessaire d'installer «Start», qui assure le fonctionnement du circuit uniquement si vous appuyez sur le premier bouton de commande jusqu'à ce qu'il soit maintenu. Lorsque l'interrupteur est relâché, l'alimentation est coupée, ce qui peut ne pas nécessiter l'organisation d'un bouton d'interruption supplémentaire.

L'essence de la disposition des boutons est qu'il est nécessaire d'organiser uniquement en cliquant sur le bouton "Démarrer" sans qu'il soit nécessaire de le conserver ultérieurement. Pour organiser cela, une bobine de bouton de démarrage shunt est insérée, qui est placée sur un chargeur automatique, organisant un circuit à auto-prélèvement. La mise en oeuvre de cet algorithme est effectuée en utilisant le circuit dans les contacts auxiliaires MP. Pour les connecter, utilisez un bouton séparé et le moment d'inclusion doit être simultanément avec le bouton Démarrer.

Après avoir cliqué sur le bouton "Start", passez par les contacts auxiliaires de l'alimentation, fermez le circuit de signal. La nécessité de maintenir le bouton de démarrage enfoncé disparaît, mais il est nécessaire d'arrêter d'appuyer sur le commutateur «Stop» correspondant, ce qui initie le retour du circuit à l'état normal.

Connexion à un réseau triphasé via un contacteur avec une bobine de 220 V

L'alimentation triphasée peut être connectée via un MP standard fonctionnant sur un réseau 220 V. Ce circuit peut être utilisé pour la commutation de travaux avec des moteurs asynchrones. Le circuit de commande ne change pas, "zéro" ou l'une des phases est fournie aux contacts d'entrée A1 et A2. Le fil de phase passe par les boutons «Stop» et «Start» et un cavalier est équipé pour les contacts de sortie normalement ouverts.

Pour le circuit d’alimentation, certaines corrections mineures seront apportées. Pour les trois phases, les entrées correspondantes L1, L2, L3 sont utilisées, une charge triphasée étant émise par les sorties T1, T2, T3. Pour éviter toute surchauffe du moteur connecté, un relais thermique est intégré au réseau, qui fonctionne à une certaine température en ouvrant le circuit. Cet élément est installé devant le moteur.

La température est surveillée sur deux phases, qui se distinguent par la plus grande charge. Si la température à l'une de ces phases atteint une valeur critique, un arrêt automatique est effectué. Il est souvent utilisé dans la pratique, en raison de sa grande fiabilité.

Schéma de câblage du moteur avec marche arrière

Certains appareils fonctionnent avec des moteurs pouvant tourner dans les deux sens. Si vous souhaitez transférer des phases sur les contacts correspondants, il est facile d'obtenir un tel effet à partir de tout dispositif moteur. L'organisation de ceci peut être faite en ajoutant au bouton post, à l'exception des boutons “Démarrer” et “Arrêter”, un autre bouton - “Retour”.

Le schéma de MT pour reverse est organisé sur une paire de dispositifs identiques. Il est préférable de choisir une paire équipée de contacts normalement fermés. Ces pièces sont connectées en parallèle les unes aux autres. Lors de l’organisation de la course inverse du moteur suite au passage à l’un des MP, les phases changent de place. La charge est appliquée aux sorties des deux appareils.

L'organisation des circuits de signaux est plus compliquée. Pour les deux appareils, un bouton «Stop» commun est utilisé, suivi de l'emplacement de l'élément de contrôle Start. La connexion de ce dernier s'effectue à la sortie de l'un des MP et la première - à la sortie du second. Pour chaque élément de contrôle, ils sont organisés de manière à permettre la saisie automatique du circuit de dérivation, ce qui garantit le fonctionnement autonome de l'appareil après avoir appuyé sur le bouton «Démarrer» sans qu'il soit nécessaire de le conserver ultérieurement. L’organisation de ce principe est obtenue par l’installation sur chaque cavalier MP de contacts normalement ouverts.

Un interverrouillage électrique est installé pour empêcher l’alimentation simultanée des deux boutons de commande. Pour ce faire, les contacts d’un autre MP sont mis sous tension après les boutons «Start» ou «Forward». La connexion du deuxième contacteur est similaire, en utilisant ses contacts normalement fermés dans le premier démarreur.

En l'absence de contacts normalement fermés dans le MP lors de l'installation de la console, vous pouvez les ajouter à l'appareil. Avec cette installation, le travail des contacts de la console est effectué simultanément avec les autres en se connectant à l'unité principale. En d'autres termes, il est impossible d'ouvrir un contact normalement fermé après avoir activé les boutons "Démarrer" ou "Avant", ce qui empêche le retrait. Pour changer de direction, appuyez sur le bouton «Stop», puis activez-en un autre: «Back». Toute commutation doit être effectuée via le bouton «Stop».

Conclusion

Un démarreur magnétique est un appareil très utile pour tout électricien. Tout d'abord, avec son aide, il est facile de travailler avec un moteur asynchrone. Lorsque vous utilisez une bobine de 24 V ou 12 V, alimentée par une batterie conventionnelle avec les mesures de sécurité appropriées, il s'avère même nécessaire de faire fonctionner des équipements conçus pour des courants importants, par exemple avec une charge de 380 V.

Pour travailler avec un démarreur magnétique, il est important de prendre en compte les caractéristiques de l'appareil et de surveiller attentivement les caractéristiques spécifiées par le fabricant. Il est strictement interdit aux sorties de fournir un courant de tension ou de force supérieure à celle indiquée dans le marquage.

Schéma de connexion d'un moteur électrique triphasé à un réseau 220V: principe de fonctionnement et disposition d'un moteur asynchrone triphasé, méthodes de connexion d'enroulements

Dispositif, principe de fonctionnement, objectif et portée du palan à chaîne. Types de schémas, méthodes de stockage, brèves instructions pour la création d'un palan à chaîne simple.

Sur toute production, menuiserie, construction, ménage, lors de la réalisation de travaux de plomberie et de machines, on utilise du papier de verre, qui diffère selon le type de grain, le marquage. Le papier sablé se présente sous différentes formes: buses, bandes abrasives, meules abrasives et grilles, en rouleaux et en plaques.